Téléphériques, funiculaires, trains à crémaillère et télécabines acheminent les clients avec très peu dénergie et battent ainsi à plate couture tous les autres moyens de transport en termes d'efficacité énergétique. Comment est-ce possible?
Afin de transporter une personne de Weggis à Rigi Kaltbad, le téléphérique doit vaincre près de 1000 mètres de dénivelé. Pour cela, il lui faut cependant à peine 0,3 kWh environ. Avec cette énergie, une personne pourrait passer l'aspirateur pendant un quart d'heure. Les remontées mécaniques utilisent de l'électricité pour acheminer les passagers au sommet d'une montagne. Mais, lorsqu'elle les redescend dans la vallée le soir, elle produit de l'électricité, comme dans une centrale, et la réinjecte dans le réseau. Comme les deux cabines sont reliées à un câble, les passagers qui descendent vers la vallée tirent ceux qui montent. Toutefois, une télécabine ne peut pas totalement fonctionner sans moteur électrique car elle doit surmonter la résistance due aux frottements au niveau de la propulsion et d'autres pièces de l'installation. Par ailleurs, selon la nacelle qui transporte le plus de passagers, le moteur électrique fonctionne en mode moteur ou générateur. Pour les trains à crémaillère, le principe de fonctionnement est le même, le câble en moins. Ainsi, la rame descendant dans la vallée envoie de l'électricité sur la caténaire et la rame ascendante la récupère à partir de la caténaire. C'est ce qui permet là aussi à la rame d'être véritablement tirée vers le haut. Pour que cela fonctionne, la propulsion de cette dernière doit être équipée dun moteur asynchrone et dun onduleur. Cela dit, sur les véhicules plus anciens, le système est différent: ces automotrices possèdent des résistances électriques sur le toit. De ce fait, l'électricité produite pendant la descente vers la vallée produit de la chaleur.