Construction

03 mai 2017 07:22; Act: 03.05.2017 16:11 Print

LafargeHolcim renoue avec les profits

Le cimentier zurichois, numéro un mondial du secteur, a enregistré un bénéfice net de 226 millions de francs après la cession des activités au Vietnam.

storybild

LafargeHolcim a enregistré des revenus en baisse entre janvier et mars. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

LafargeHolcim a renoué avec les profits au 1er trimestre 2017. Malgré des revenus en baisse, le cimentier zurichois, numéro un mondial du secteur, a dégagé un bénéfice net de 262 millions de francs, contre une perte nette de 47 millions un an auparavant.

Le bénéfice net revenant aux actionnaires de LafargeHolcim s'est pour sa part établi à 226 millions de francs, contre une perte nette de 107 millions au cours des trois premiers mois de 2016, a précisé mercredi le groupe franco-suisse établi à Zurich. Le retour aux chiffres noirs reflète un gain de 339 millions provenant de la cession des activités au Vietnam.

Hors éléments non récurrents, à savoir les plus et moins-values liées aux cessions ainsi que les coûts liés à la fusion en 2015 du français Lafarge et du st-gallois Holcim, le bénéfice net s'est inscrit à 17 millions de francs, contre une perte de 20 millions un an auparavant. En revanche, le résultat net attribuable aux actionnaires est demeuré dans le rouge, la perte se réduisant en un an de 80 à 19 millions.

Ajusté des éléments exceptionnels, le résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est contracté de 4,7% à 801 millions de francs. A taux de change et périmètre de consolidation constants, la performance s'est cependant améliorée de 14%.

Revenus en baisse

Le chiffre d'affaires du premier producteur mondial de ciment s'est pour sa part affiché à 5,63 milliards de francs, soit 7,1% de moins qu'à fin mars 2016. Sur une base comparable, les revenus de LafargeHolcim ont en revanche augmenté de 5,3%.

Les chiffres dévoilés mercredi se sont dans l'ensemble révélés conformes aux attentes des analystes. Sondés par l'agence awp, ces derniers tablaient notamment sur des ventes de 5,53 milliards de francs ainsi qu'un EBITDA ajusté de 802 millions.

Cité dans le communiqué, Eric Olsen, le directeur général sortant de LafargeHolcim, a estimé que le groupe a pris un "excellent départ en 2017, à la faveur d'un 4e trimestre consécutif de hausse. Un point de vue que les investisseurs, hésitants, ne semblaient cependant pas nécessairement partager.

Après une heure et demie de négoce à la Bourse suisse et en dépit d'une ouverture en hausse, le titre LafargeHolcim perdait quelque peu du terrain. Il se négociait ainsi en baisse de 1,42% à 56,60 francs, alors que l'indice Swiss Market Index (SMI) demeurait stable.

Optimisme de mise

Sur la période sous revue, le géant du ciment et des matériaux de construction a bénéficié d'évolutions favorables en matière de volumes et de prix. Mais des conditions difficiles sur plusieurs marchés clefs de la région Asie-Pacifique ont pénalisé les ventes, LafargeHolcim mentionnant entre autres de fortes précipitations en Indonésie.

Quatre de cinq régions dans lesquelles l'entreprise est active ont présenté une croissance. A titre d'exemple, celle-ci a mentionné la bonne tenue des affaires aux Etats-Unis, au Nigéria ou encore en Inde.

Côté rentabilité, la multinationale a tiré profit des efforts entrepris en matière de réductions de coûts ainsi que des synergies mises en oeuvre dans le cadre de la fusion, malgré les hausses de prix des matières premières et de l'énergie. De janvier à fin mars, les synergies ont atteint 94 millions de francs, un montant se situant dans la ligne de la cible de 400 millions pour l'ensemble de l'année.

Evoquant la suite de l'exercice, le groupe confirme ses prévisions pour l'ensemble de l'année. Alors que LafargeHolcim table sur une évolution favorable de ses marchés et une hausse de la demande entre 2 et 4%, la multinationale attend notamment une croissance à deux chiffres de son EBITDA annuel sur une base comparable.

En quête d'un nouveau patron

Pour mémoire, M. Olsen quittera son poste à mi-juillet, le Franco-Américain ayant annoncé il y a une semaine sa démission dans la foulée de la conclusion d'une enquête interne concernant une filiale syrienne. Le conseil d'administration a cependant conclu que M. Olsen n'était ni responsable, ni pouvant être considéré comme informé des actes répréhensibles identifiés en Syrie.

En mars, le groupe avait admis avoir conclu des arrangements pour maintenir l'activité d'une cimenterie située à Jalabiya, à 150 kilomètres au nord-est d'Alep. La filiale locale, qui appartenait alors à Lafarge, avait remis des fonds à des tiers pour trouver des arrangements avec des groupes armés.

Plusieurs ONG et le Ministère de l'économie français ont porté plainte contre le cimentier. Ils accusent notamment le groupe, dont les actionnaires se réunissent dans l'après-midi, de financement du terrorisme et d'avoir enfreint les sanctions édictées par l'Union européenne contre le régime du président Bachar el-Assad.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.