Croissance

18 décembre 2012 09:27; Act: 18.12.2012 12:44 Print

Le KOF abaisse ses prévisions pour 2013

Le KOF abaisse à son tour légèrement ses prévisions économiques pour la Suisse en 2013.

Une faute?

L'institut conjoncturel zurichois prévoit désormais une progression de 1,2% du produit intérieur brut (PIB), contre un taux de 1,3% estimé à l'automne. Outre la conjoncture intérieure, le commerce extérieur contribuera à la croissance au cours des prochains mois, a indiqué mardi le centre de recherches de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) en publiant ses prévisions d'hiver 2012/2013. Le KOF maintient à 2% son estimation pour 2014.

Les experts zurichois escomptent un redressement progressif de l'économie mondiale dès la fin de l'hiver. Pour autant, le redressement aux Etats-Unis conditionné à la «falaise fiscale», les réformes en Europe ou les mesures de relance en Chine ne devraient fournir que de modestes impulsions à l'économie helvétique.

A l'instar d'autres prévisionnistes, l'institut zurichois se montre plus prudent pour l'année à venir. Début décembre, le panel externe d'économistes consultés par le KOF avait déjà revu son pronostic de croissance, réduisant celui-ci de 1,3% à 1,2%.

La semaine passée, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) tablait sur une progression du PIB de 1,3%, contre 1,4% voici trois mois. De son côté, la Banque nationale suisse (BNS) a anticipé pour 2013 un taux de croissance compris entre 1% et 1,5%. Credit Suisse a quant à lui maintenu à 1,5% son estimation.

Chômage à la hausse

L'économie intérieure continuera durant les mois à venir de jouer un rôle stabilisateur, selon le KOF. La consommation privée augmentera de 1,9% en 2013 grâce à l'immigration et aux légères hausses de salaires. La construction de logements devrait ralentir, mais se maintenir à un niveau élevé.

Les impulsions de croissance devraient surtout profiter au commerce extérieur, soulignent les chercheurs de l'EPFZ. Les ventes vers l'étranger devraient croître de 2,3% l'an prochain, puis de 4,9% en 2014. Les importations progresseront quant à elles de 2,1% en 2013, de 5,7% l'année suivante.

En dépit du ralentissement, l'emploi s'est étoffé de 1,5% en 2012, soit davantage que prévu, mais cette évolution devrait fléchir à 1% l'an prochain. Le taux de chômage est attendu à 2,9% pour l'année en cours et devrait augmenter à 3,2% en 2013 et 2014.

Sur le front de l'inflation, le KOF s'attend à des prix stables l'an prochain et anticipe un taux de renchérissement de 0,2%. L'introduction du taux plancher de 1,20 franc pour un euro a en grande partie écarté le risque de déflation, écrit l'institut.

Moins affectée que prévu

Pour l'année qui s'achève, les experts zurichois ont relevé leur pronostic de croissance du PIB de 0,9% à 1%. La Suisse aura été moins affectée que prévu par la crise de l'euro, creusant le fossé entre le climat ambiant et la réalité, avancent-ils.

La crainte de voir les exportations chuter et le chômage gonfler en conséquence à la vigueur de la devise helvétique «ne s'est pas confirmée pour une bonne part». Certes les ventes vers l'étranger ont stagné cette année à 0,4%, mais le recul redouté ne s'est pas produit.

(ats)

Immobiliers

powered by

Trouvez des immobiliers

NPA
Loyer à
Pièces à

Trouver des locataires? Passer une annonce maintenant sur homegate.ch