Vêtements

12 mai 2017 16:58; Act: 12.05.2017 19:32 Print

Mode: les enseignes suisses disparaissent

Spengler, Schild ou Vögele: face au franc fort ou à la concurrence de Zalando, les magasins suisses ferment les uns après les autres.

storybild

L'ancien numéro un suisse Charles Vögele a été racheté par Sempione Retail en septembre. (Vendredi 12 mai 2017) (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Le marché suisse de la mode a beaucoup évolué ces dernières années. Le franc fort, mais aussi la concurrence d'enseignes comme Zalando, H&M et Zara ont ébranlé le marché. En conséquence, beaucoup de maisons helvétiques de tradition ont disparu.

Evolution du marché

L'exemple le plus récent est celui de Schild, qui sera intégralement intégré dans Globus à partir du printemps 2018, comme l'a indiqué vendredi sa maison-mère Migros. Le grand distributeur avait repris la marque en 2013.

La maison Spengler, reprise 2004 par Schild, a connu le même sort. Entièrement intégrée en l'espace d'un an, elle a vu le nom de ses articles et de ses magasins disparaître. Cette acquisition avait à l'époque permis à Schild de prendre la quatrième place sur le marché helvétique, derrière Charles Vögele, C&A et H&M.

L'ancien numéro un suisse Charles Vögele n'a pas non plus survécu à l'évolution du marché. En septembre dernier, le groupe d'investisseurs italien Sempione Retail, contrôlé par OVS, a annoncé le rachat du groupe de confection schwyzois. Le nom et la marque devraient avoir complètement disparu d'ici à fin 2018.

Processus de concentration

Le processus de concentration du marché suisse a par ailleurs touché la société bâloise Feldpausch, fondée en 1927 et reprise en 1996 par PKZ. En 2014, le groupe zurichois de magasins de confection avait décidé d'abandonner cette marque, ainsi que Burger.

Plus récemment, la chaîne fribourgeoise Yendi a fait faillite le mois dernier. En situation précaire depuis des mois, le groupe basé à Bulle (FR) et qui emploie environ 500 collaborateurs, n'était plus à même de payer les salaires d'avril.

Enseigne indépendante fondée en 1881 à Winterthour, PKZ est parvenue à survivre jusqu'à présent et exploite 35 boutiques. La petite marque zurichoise Modissa est également toujours active et possède cinq succursales à Zurich et Winterthour. Parmi les acteurs encore présents, figure notamment le groupe de prêt-à-porter Grieder.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • citronnade le 12.05.2017 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    remise en question nécessaire

    s'ils disparaissent ce n'est pas forcément toujours la faute à la concurrence et internet c'est peut être simplement parce que leurs produits sont pas à la hauteur question mode justement.

  • Dann le 12.05.2017 17:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nos autorités comiques.

    "Tout est bien tout va bien en Suisse. Chez nous jamais de baisse dans l'horlogerie ni de fermetures massives. Nous sommes les meilleurs du monde" disait l'Oueli Kolüsch Maurer. Et pendant qu'il disait ça, 3 exploitations agricoles mettaient la clé sous le paillasson.

  • Noémie le 12.05.2017 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franc fort ???

    Faut arrêter avec le franc fort, on l'accuse de tous les maux, avec l'arrivée de Zalando et autres sites de ventes en ligne c'est plus que logique de voir les autres magasins qui ne le sont pas souffrir de cette concurrence toujours plus agressive qui nous en met plein les yeux. Zalando c'est livraison et retour gratuits et la commande arrive chez nous dans un délai très court.

Les derniers commentaires

  • Jack le 16.05.2017 23:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la fin de la Suisse prospère ?

    normal , je fais mes courses en France ,une fois par mois avec un salaire de 3900 frs ,j arrive à remplir un énorme caddy ,et payé mes factures , avec difficulté ,mais je mange à ma faim et pas chère ,je serai heureux que tout ces grands groupes qui se sont foutus de nous avec leur prix exorbitant ,la fin de tout ces commerces sont pour bientôt

  • Axel le 15.05.2017 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    A bon entendeur et mille mercis

    Il faut des enseignes suisses(Heidi ect..)ou internationales(Primarkt,Next,Dsquared ect..), grandes ou de niches et inexistantes à Genève.Pour les hommes aussi.Marre d'avoir 30 milles fois partout les mêmes magasins dans tous les centres commerciaux.Un peu d'audace et de différence ne fera vraiment vraiment pas de mal pour attirer le chaland.Merci de vous remettre ne question.Les horaires aussi que diable!!Des emplois pour les étudiants ou autres pourraient ainsi être créésQuant au centre de la ville de GVA, des restaurants sans chichi et animés 7/7 aussi le soir,cela ne serait pas du luxe.

  • zalando le 15.05.2017 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    Marre d'avoir partout les mêmes marques

    Il faut dire que ces enseignes vendaient des habits très moches.Quant à Spengler,elle a disparu de Genève voilà très très très mais très longtempsReste à Genève de la place pour des acteurs qui vendraient des marques et des objets que l'on ne trouvent pas mille fois partout.Le choix,la qualité,les couleurs,l'originalité à Genf fait vraiment défaut.Je connais plein de gens qui partent à l'étranger les valises vides pour s'offrir des vêtements originaux dans des locaux attractifs,vivants et ouverts bien plus tard 7/7.

  • AA le 14.05.2017 06:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franc fort ..????

    Le Franc fort...c'est pas plutôt l'euro qui s'effondre ...????

  • Luc.. le 13.05.2017 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    plus compétitifs

    Dans le commerce de détail on est plus du tout compétitifs. Avec un salarié qui coûte 5000.- par mois et un loyer a 7000.- les 100 m2 il est impossible travailler avec des marges inférieur a 50%. Malheureusement faut s'habituer a voir la moitié de nos centre commerciaux fermer. A la fin de l'année on aura encore quelques surprises entre autre la fusion de deux enseignes électroniques et quelques centaines de personnes licenciés.

    • le 15.05.2017 19:27 Report dénoncer ce commentaire

      salaires exagéré

      5000.- par mois pour un vendeur / vendeuse en magasin ou boutique ? J'en doute vraiment, dans le canton de Neuchâtel la cct fixe a 3850.00 brut le salaire d'un employé....