Airbags défectueux

02 septembre 2017 00:15; Act: 02.09.2017 00:31 Print

Honda clôt les poursuites pour 605 millions

Comme d'autres constructeurs avant lui, l'équipementier japonais a accepté un accord financier pour mettre fin aux poursuites de consommateurs.

storybild
Une faute?

Le constructeur automobile japonais Honda a accepté de payer 605 millions de dollars (584 millions de francs) pour mettre fin à des poursuites liées aux airbags Takata, installés dans des millions de voitures aux Etats-Unis. Les avocats des victimes l'ont annoncé vendredi.

Honda rejoint ainsi ses concurrents Nissan, Toyota, BMW, Mazda et Subaru qui ont fait de même, tout en remplaçant les coussins de sécurité défectueux fabriqués par Takata, groupe japonais aujourd'hui en faillite et qui ploie sous près de 10 milliards de dollars de dette (9,7 milliards de francs).

Peter Prieto, l'un des avocats des victimes dans cette plainte en nom collectif lancée contre Honda, a indiqué que l'accord, qui doit encore être approuvé par le tribunal de Miami (Floride, sud-est), «va améliorer la sécurité des automobilistes en retirant de la route les airbags défectueux».

L'accord prévoit pour les plaignants 500 dollars de compensation et le prêt d'un véhicule lorsque le leur est immobilisé pour remplacer l'airbag défectueux.

Contre Ford

«Nous poursuivons notre plainte contre Ford et d'autres constructeurs automobiles pour nous assurer que nos clients reçoivent les compensations qu'ils méritent», a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis sont de loin le pays le plus frappé par cette affaire: les airbags de l'équipementier japonais, susceptibles d'exploser de manière inopinée en projetant des fragments de métal, sont liés à 11 décès sur le sol américain sur les 16 recensés sur le globe.

Quelque 70 millions d'airbags doivent par ailleurs être rappelés pour réparation aux Etats-Unis, sur un total de 100 millions dans le monde.

(nxp/ats)