Industrie automobile

13 janvier 2018 10:20; Act: 13.01.2018 12:16 Print

A la recherche d'une électrique à bas prix

Les constructeurs poussent les feux pour produire des voitures «propres» bon marché destinées avant tout au marché chinois.

Voir le diaporama en grand »
Dernier industriel en date à annoncer une petite électrique pas chère, l'équipementier automobile français Valeo, qui a présenté lundi au salon de l'électronique grand public (CES) de Las Vegas un démonstrateur de petite voiture urbaine de 2 places 100% électrique, dotée de 100 kilomètres d'autonomie et d'une vitesse de pointe de 100 km/heure. (Samedi 13 janvier 2018) Tablettes, brosse à dents avec réalité augmentée, jeux éducatifs: les gadgets pour enfants sont nombreux dans les allées du salon électronique de Las Vegas, malgré les inquiétudes sur les risques d'addiction à la technologie et aux écrans. (Vendredi 12 janvier 2018) Les constructeurs automobiles sont présents au CES pour présenter leurs projets de voitures autonomes et leur modèle d'intelligence artificielle. (Jeudi 11 janvier 218) Des «valises-robots» ont mis à profit certaines technologies (capteurs, caméras...) utilisées dans les voitures autonomes pour rouler toute seules. (Mercredi 10 janvier 2018) Sur le marché de niche de la voiture électrique de luxe, le constructeur Fisker a dévoilé cette semaine à Las Vegas un modèle à 129'000 dollars (125'500 francs), dans un nouvel effort pour concurrencer Tesla. (Mercredi 10 janvier 2018) Valeo a mis au point une voiture électrique, capable d'atteindre 100 km/h et d'une autonomie de 100 km, fonctionnant sous basse tension (48V), suffisante pour le quotidien en zone urbaine, selon le groupe. (Lundi 8 janvier 2018) Nvidia, fabricant de puces graphiques, a annoncé lundi qu'il allait renforcer son partenariat avec Uber Technologies et s'allier avec Volkswagen dans les véhicules autonomes. (Lundi 8 janvier 2018) Buddy, le robot de compagnie Frog Robotics, est déjà très populaire à Las Vegas. (Lundi 8 janvier 2018) La startup française PostMii présente un triporteur autonome, fonctionnant grâce à des capteurs solaires, qui permet aux touristes de transformer leurs photos en cartes postales. (Lundi 8 janvier 2018) Alanna Cotton, vice-présidente de Samsung-America, représente son entreprise au Mandalay Bay Convention Center de Las Vegas. (Lundi 8 janvier 2018) Nexo de Hyundai est une voiture à commande vocale et à intelligence artificielle qui peut être autonome. (Lundi 8 janvier 2018)

Une faute?

Dernier industriel en date à annoncer une petite électrique pas chère, l'équipementier automobile français Valeo, qui a présenté lundi au salon de l'électronique grand public (CES) de Las Vegas un démonstrateur de petite voiture urbaine de 2 places 100% électrique, dotée de 100 kilomètres d'autonomie et d'une vitesse de pointe de 100 km/heure.

Cette voiture, pour laquelle Valeo doit encore trouver un constructeur partenaire, serait vendue au prix de 7500 euros (8750 francs), selon l'industriel français. Renault a pour sa part déjà annoncé qu'il entendait lancer sur le marché chinois une petite voiture 4 places, équivalent électrique de la Kwid, «ultra-low cost» commercialisée en Inde et en Amérique du Sud.

Construite en coentreprise avec Nissan et le constructeur chinois Dongfeng, elle devrait être vendue 8000 dollars, selon les indications fournies par le patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn.

D'autres constructeurs ont également prévu des voitures zéro émission et «low cost», comme General Motors qui a annoncé cet été les premières ventes sur le marché chinois de la Baojun E100, une deux places électrique, d'une autonomie de 155 kilomètres, pour un prix de 35'800 yuans (environ 5500 francs), en prenant en compte les aides gouvernementales chinoises.

Par comparaison, la ZOE de Renault, une vraie quatre places en tête des ventes de voitures électriques en France et en Europe, se vend actuellement à partir de 23'700 euros, hors bonus gouvernemental de 6000 euros en France.

Politique volontariste de Pékin

Pour sa part, la «Model 3» de Tesla, la berline censée démocratiser l'accès aux voitures haut de gamme du constructeur américain, est vendue à partir de 35'000 dollars, avec une autonomie théorique de 300 kilomètres.

Si Valeo, Renault et GM ciblent le marché chinois, c'est que l'ex-empire du Milieu est devenu l'Eldorado de la voiture électrique du fait de la politique volontariste du gouvernement de Pékin.

Ce dernier avait annoncé en septembre, sans fournir de précisions, préparer «un calendrier» vers «une interdiction» de la production et de la vente de voitures à carburants fossiles: un pari titanesque pour le premier marché automobile mondial en volume.

Dès 2019, tous les constructeurs automobiles en Chine seront soumis à d'ambitieux quotas de ventes de «véhicules à énergie nouvelle» calculés selon un système complexe de crédits. Les acheteurs de ces véhicules peuvent faire déjà immatriculer leurs véhicules plus rapidement et bénéficient d'aides financières.

L'originalité de la formule annoncée cette semaine par Valeo repose sur l'emploi d'une batterie de 48 volts, contre 400 volts pour la ZOE par exemple. Les systèmes basse tension n'imposent pas les mêmes exigences de protection et peuvent être «20% moins chers» que les systèmes actuels, selon James Schwyn, de Valeo.

Le frein de l'autonomie

«C'est très astucieux» de la part de Valeo d'utiliser des systèmes 48 volts, sur lesquels l'équipementier français a déjà investi de manière importante pour ses solutions d'hybrides légers, indique à l'AFP Eric Kirstetter, spécialiste de l'automobile au cabinet de conseil Roland Berger.

Mais les perspectives d'une deux places électrique semblent moins prometteuses en Europe, souligne M. Kirstetter pour qui «le consommateur européen n'est pas encore prêt pour ce type de véhicule», souhaitant notamment «plus d'autonomie» que les 100 kilomètres affichés.

Ce type de véhicule à faible autonomie et à bas coût pourrait en revanche représenter une solution pour de futurs robots taxis, estime-t-il.

Diagnostic voisin pour Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile, pour qui la petite électrique de Valeo aura du mal à percer sur le marché européen. «Certainement, le prix est un frein à l'achat d'une voiture électrique», explique-t-il.

«Mais le prix est moins un obstacle aujourd'hui, compte tenu des incitations financières très fortes» mises en oeuvre par beaucoup de gouvernements: «les vrais freins sont plutôt sur l'autonomie encore limitée, et sur la difficulté à trouver des points de recharge», estime-t-il.

Les immatriculations de voitures électriques connaissent une croissance forte, mais elles restent marginales pour l'instant, en Chine comme en Europe ou aux Etats-Unis, à moins de 2% des marchés automobiles.

(nxp/ats)