Transport aérien

13 septembre 2017 13:26; Act: 13.09.2017 15:01 Print

Air Berlin annule de nouveaux vols

La compagnie aérienne était de nouveau contrainte mercredi par ses pilotes, qui sont en arrêt maladie, d'annuler des dizaines de vols.

storybild

Les avions d'Air Berlin toujours cloués au sol ce mercredi 13 septembre. (Photo: Keystone)

Une faute?

«Plus de 30 vols» ont dû être annulés, a déclaré une porte-parole de la compagnie après que 150 pilotes, sur les 1500 employés, se sont fait porter pâles. Les vols au départ de l'aéroport Tegel de Berlin et de Düsseldorf (ouest) étaient les plus affectés, a-t-elle ajouté, enjoignant les passagers concernés de «ne pas se rendre à l'aéroport».

La veille, des milliers de passagers avaient été touchés par cette action coordonnée des pilotes d'Air Berlin, qui avait entraîné la suppression de 200 vols locaux et internationaux. La filiale à bas coût de Lufthansa, Eurowings, qui vole avec des appareils d'Air Berlin affrétés en leasing, a aussi connu des perturbations sur 35 vols.

Négociations avec des repreneurs potentiels

Cette vague d'arrêts maladie posés depuis mardi par une partie des pilotes d'Air Berlin intervient alors que la compagnie aérienne négocie plusieurs propositions de rachat avec des repreneurs potentiels, qui ont jusqu'à vendredi pour finaliser leurs offres.

Le président d'Air Berlin, Thomas Winkelmann, a estimé mardi que les pilotes «jou(ai)ent avec le feu» car, dit-il, cette action fait perdre à la compagnie en difficulté «plusieurs millions d'euros par jour» au moment où se joue son existence.

Lors d'une conférence de presse, le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, a exigé qu'ils cessent leur «manoeuvre plutôt risquée et contreproductive en période de transition».

La compagnie berlinoise continue de voler grâce à un prêt d'urgence de 150 millions d'euros (171 millions de francs) accordé par le gouvernement allemand, une intervention rare concernant une entreprise privée, mais dans un dossier qui, en cas de liquidation ou de plan social, embarrasserait Berlin à moins de deux semaines des élections.

(nxp/ats)