Banque

13 février 2018 09:11; Act: 13.02.2018 09:25 Print

Bénéfice net en repli pour Vontobel en 2017

L'établissement zurichois a fait moins bien que prévu l'an passé avec un bénéfice net de 209 millions de francs.

storybild

En 2016, le bénéfice net avait profité d'un gain de 91 millions issu de la vente d'une participation dans Helvetia. (Photo: Keystone)

Une faute?

Vontobel a vu sa rentabilité pénalisée par des effets uniques en 2017, malgré une année marquée par la croissance organique. Le groupe bancaire zurichois a dégagé un bénéfice net de 209 millions de francs, contre 264,4 millions un an plus tôt.

Corrigé des coûts d'acquisition et de l'impact de la réforme fiscale américaine, le bénéfice net ajusté s'inscrit à 217,9 millions de francs, en hausse de 12% sur un an, indique mardi la banque zurichoise. Une croissance portée par les investissements dans les nouveaux marchés notamment, souligne-t-elle dans un communiqué.

Intégration

En 2016, le bénéfice net avait profité d'un gain de 91 millions issu de la vente d'une participation dans Helvetia, rappelle Vontobel. Pour l'année sous revue, le produit d'exploitation s'établit à 1,06 milliard, en repli de 2% en comparaison annuelle. Sur une base comparable, il a toutefois grimpé de 9%.

En 2017, Vontobel a finalisé l'intégration de l'unité Vescore, reprise en août 2016 de Raiffeisen. La banque s'est en outre emparée en été d'un portefeuille de clients de Notenstein La Roche, puis a cédé en décembre sa filiale au Liechtenstein.

Niveau record

La masse sous gestion se montait au 31 décembre à 165,3 milliards de francs. Globalement, les actifs de la clientèle ont bondi de 26% pour atteindre un niveau record à 246,5 milliards. La gestion d'actifs reste le moteur de croissance, avec un deuxième semestre 2017 historique, se félicite Vontobel.

La division Asset Management a notamment engrangé 3,6 milliards de francs de nouveaux capitaux. Dans les unités de gestion de fortune (Combined Wealth Management), les nouveaux fonds ont progressé de 4,7%.

L'afflux d'argent frais a totalisé sur l'exercice 5,9 milliards. En 2016, la banque avait subi des sorties à hauteur de plus de 10 milliards, liées au départ d'un gestionnaire vedette et à un changement de tendance suite aux élections américaines.

Baisse du taux d'imposition

Pour 2018, la banque zurichoise escompte un environnement toujours difficile et des marges sous pression. Conséquence de la baisse de l'impôt sur les entreprises votée aux Etats-Unis avant Noël, la direction s'attend à un réduction de son taux d'imposition de 2 à 3 points de pourcentage.

Les actionnaires se verront gratifiés lors de l'assemblée générale du 18-avril d'un dividende ordinaire relevé de 11% à 2,10 francs par action. A cette occasion aussi, le conseil d'administration proposera l'élection en son sein de Stefan Loacker pour remplacer Nicolas Oltramare.

En fin d'année, le groupe employait 1688 personnes équivalents plein temps, soit 1% de plus qu'en 2016.

(nxp/ats)