Volkswagen

22 décembre 2017 18:30; Act: 22.12.2017 23:25 Print

Il reçoit sa lettre de licenciement en prison

Oliver Schmidt a été condamné à sept ans de prison par un tribunal américain dans le cadre de l'affaire du «dieselgate».

storybild

Oliver Schmidt était à la tête du service de conformité réglementaire de Volkswagen aux Etats-Unis. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe automobile allemand Volkswagen a licencié sans préavis Oliver Schmidt, un dirigeant récemment condamné aux Etats-Unis à sept ans de prison par un tribunal américain dans le cadre de l'affaire du «dieselgate», rapporte le Bild am Sonntag.

«VW a envoyé en début de semaine à Schmidt une lettre de licenciement directement dans sa prison de Milan (Michigan)», a révélé la version dominicale du journal allemand Bilddès jeudi sur son site internet, en citant des sources au sein de l'entreprise.

«Son employeur le laisse tomber» après environ 20 ans passés dans le groupe, dénonce-t-il. Interrogé par l'AFP, Volkswagen refuse d'évoquer les cas particuliers de ses salariés et se contente d'une réponse de principe.

Il avait plaidé coupable

«De manière générale, en cas de violations de la part de salariés, et à plus forte raison dans le cas de décisions pénales, des mesures conformes au droit du travail doivent nécessairement être prises», a commenté le constructeur.

Début décembre, M. Schmidt, 48 ans, a écopé de la peine et de l'amende maximales (400'000 dollars) dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable aux Etats-Unis.

Il avait été informé au printemps 2014 de l'existence d'un logiciel frauduleux installé sur certains véhicules diesel du constructeur allemand depuis des années, pour tromper les tests anti-pollution.

La justice américaine a estimé qu'il avait contribué à la fraude, en mentant délibérément aux autorités américaines lorsque des questions autour de la pollution réelle de ces voitures ont émergé.

«Des centaines de salariés au courant»

Le dirigeant, à la tête du service de conformité réglementaire de Volkswagen aux Etats-Unis de 2014 à mars 2015, avait été arrêté en début d'année par la police fédérale (FBI) à Miami alors qu'il terminait des vacances.

Aux Etats-Unis, Volkswagen a dû débourser plus de 22 milliards de dollars pour réparer ou racheter près de 600'000 voitures incriminées, sur les 11 millions de véhicules dans le monde équipés d'un logiciel truqueur.

Au total, sept dirigeants et ingénieurs de VW ont été inculpés aux Etats-Unis, alors qu'en Allemagne plusieurs enquêtes sont toujours en cours pour déterminer les responsabilités dans cette vaste tricherie.

«Des douzaines, si ce n'est des centaines de salariés de Volkswagen étaient au courant de la manipulation sur les émissions polluantes», affirme le Bild am Sonntag, accusant le groupe de faire «d'un seul ingénieur un bouc-émissaire mondial».

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • René Charles le 22.12.2017 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux

    Honte à VW. Cest odieux de leur part des dirigeants allemands, alors quils étaient certainement parfaitement au courant du logiciel frauduleux. Facile ; il est ainsi condamné 2 fois. Triste entreprise...

  • Xelamir le 22.12.2017 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Foutage de geule vw

    Super! Il doit être vert de rage d'avoir tout fait comme on le lui à dit et de se faire laguer comme ça .. Ça montre aussi que si vous roulez en vw et que vous avez des problèmes faudra pas aller leurs demander quelque chose .

  • MD 2034 le 22.12.2017 19:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Difficiles moments

    Ce type paie à la place de ses supérieurs hiérarchiques, tous au courant des magouilles de VW. Et ce que cette personne vit en ce moment est franchement pénible : prison, pressions médiatiques, procédure de justice, famille harcelée et maintenant le licenciement. Gore !

Les derniers commentaires

  • ded3 le 26.12.2017 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on s en fout

    on va pas pleurer en même temps...dans la boite ou ke bosse, certains l'ont reçue pour noël ...d'autres l'auront en janvier et ils n'ont pas fais de chose illégale...eux

  • Frédouille le 26.12.2017 09:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont de bonnes voitures mais...

    pour moi VW c'est fini.

  • Hah le 25.12.2017 18:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On va le plaindre

    Y' avait pas un chèque avec la lettre !?!

  • logrus le 25.12.2017 07:07 Report dénoncer ce commentaire

    drole

    VW savait, ils ont triches, comme d autres constructeurs. Plutôt que de rétablir la confiance, ils effacent les preuves, diluent la responsabilité des dirigeants et sacrifient un employé bien en vue pour satisfaire les usa. Plus de VW. Basta

  • jojo le 25.12.2017 02:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vw qualitat

    ne vous en faite pas ils laissent aussi tomber les pigeons de clients qui ont acheter leur bouze quand plus rien ne fonctionne sitot la garantie finidégoûté