8 milliards d'intérêts

12 octobre 2017 13:07; Act: 13.10.2017 07:10 Print

La BCE a touché le jackpot grâce à la dette grecque

La dette du Gouvernement grec a rapporté près de huit milliards d'euros à la Banque centrale européenne depuis 2012 et le début de la crise.


Grèce : ceux qui ont profité de sa dette

Sur ce sujet
Une faute?

Les obligations grecques achetées par les banques centrales de la zone euro pour alléger la dette du pays leur ont rapporté 7,8 milliards d'euros (8,9 milliards de francs) d'intérêts entre 2012 et 2016, selon la BCE. La destination de cette somme reste en partie mystérieuse. L'Eurogroupe avait initialement promis de la reverser à la Grèce.

C'est une question politique «relevant des Etats membres de la zone euro», et pas de la BCE ni des banques centrales nationales, souligne le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, dans une lettre adressée à l'eurodéputé grec Nikolaos Chounti.

Sur décision de l'Eurogroupe en février 2012, ces pays ont d'abord «transmis à la Grèce, par le biais d'un compte séparé», les montants «équivalents à la part réalisée par leur banque centrale dans le portefeuille d'obligations grecques», explique le président de la BCE.

Mais Athènes n'a jamais vu la couleur d'une partie des 7,8 milliards d'euros de bénéfices réalisés sur les quelque 35 milliards d'euros de titres souverains grecs achetés jusqu'en 2011, dans le cadre du programme dit «SMP».


Pas de chiffres disponibles

Parallèlement, l'Etat grec a reçu les intérêts réalisés dans le cadre d'un programme d'achat de titres propre à la Banque nationale du pays (ANFA). Mais la banque centrale grecque affirmait mercredi à l'AFP «ne pas disposer des chiffres».

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a affirmé le 6 septembre dernier que 4,3 milliards d'euros avaient été transférés à la Grèce de 2012 à 2016 au titre des programmes SMP et ANFA, sans distinguer entre les deux.

Mais seules les années 2013 et 2014 intègrent des transferts d'Etats membres autres que la Grèce, a-t-il précisé, alors que les autres concernent des sommes versées par la Banque de Grèce à son gouvernement.

Reprise du transfert de bénéfices

Pour compliquer le tableau, un montant de 1,8 milliard d'euros au titre de l'année 2014 reste bloqué dans le compte de séquestre créé en 2012 au sein du mécanisme de secours MES pour rembourser directement des échéances de la dette colossale du pays. A condition que le pays s'engage en même temps à mener d'importantes réformes attendues de ses créanciers publics.

Cet arrangement donnant-donnant a volé en éclats en juin 2015, lorsque l'Eurogroupe a décidé de geler les transferts de bénéfices liés au programme SMP, en plein bras de fer avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Face aux efforts entrepris par le nouveau Gouvernement grec, l'Eurogroupe a annoncé en juin dernier qu'il reprendrait le transfert des bénéfices à Athènes, mais en remontant seulement au début de l'année 2017.

(20 minutes/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bob le 12.10.2017 13:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bof...

    S'enrichir grâce aux plus pauvres. Elle ne vole pas très haut cette Europe. J'espère que la Suisse n'en fera jamais partie...

  • Pffff le 12.10.2017 13:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceci explique cela

    Voilà pourquoi, on a tellement défendu les grecque à lépoque et tout fait pour quils ne sortent pas de lUE. Tous sexplique et une fois de plus ce nest pas moral tout ça. On devrait leur offrir les 8 millards deuro pour diminuer leur dette après autant daustérité et de souffrance les grecques le mérite bien.

  • Guy Mauve le 12.10.2017 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    C' est une honte,

    les banquiers et leurs actionnaires se sont enrichis sur le dos des grecs et de tous les contribuables Europeens. Il n' y avaient d' autre solution que l' annulation de la dette ou au pire un taux zero.

Les derniers commentaires

  • Le Bojojo le 13.10.2017 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des crapules

    Ces crapules de banquiers européens ont réalisés un véritable hold up sur la Grèce... Ils sont entrain de fêter ça aux petits fours et caviar...

  • Ira Dei le 13.10.2017 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    Facile...

    si on tient la comptabilité, on fait ce qu'on veut! Après c'est une question d'éthique..

  • Gros joueur le 13.10.2017 00:24 Report dénoncer ce commentaire

    Un tien vos mieux que deux tu l'auras

    Tien ça me fait penser a une banque cantonal pas vous?

  • ViverMata le 12.10.2017 22:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oups

    Ça sert à quoi cette organisation BCE ? Nouvelle grande MAFIA européenne

  • Paul Menoud le 12.10.2017 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    manipulation d'un état en vue d'une manipulation g

    n'oubliez pas on a ''testé les Grecs pour voir jusqu'où un peuple peut-être opprimés et malléable....