Scandale Volkswagen

13 septembre 2017 13:37; Act: 13.09.2017 15:07 Print

La plainte de la SKS rameute la foule

En une semaine, l'action de la Fondation alémanique des consommateurs a réuni 1600 clients touchés par les moteurs truqués.

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux actions en dommages-intérêts distinctes initiées en Suisse dans le cadre du scandale Volkswagen recueillent un fort soutien. La Fondation alémanique des consommateurs (SKS) compte déjà 1600 réclamations. Son pendant romand (FRC) enregistre 600 plaintes.

Parmi les 1600 personnes qui ont manifesté leur intérêt, une centaine représente des petites et moyennes entreprises (PME), a indiqué mercredi à l'ats Alex von Hettlingen, porte-parole de la SKS. Pour que la plainte contre VW et l'importateur Amag ait suffisamment de poids, l'association espère réunir 2000 personnes prêtes à soutenir la procédure d'ici à la mi-novembre. «Nous sommes étonnés par l'ampleur du soutien et convaincus que nous atteindrons à temps les 2000», a déclaré le porte-parole. Nombre de propriétaires de VW, Skoda et Audi se sont montrés soulagés de voir la SKS s'engager dans cette voie et assumer le risque d'un procès.

Entre 3000 et 7000 francs d'indemnités

Pour mémoire, le scandale a touché quelque 180'000 véhicules en Suisse. La SKS estime que les clients lésés ont payé en moyenne 15% de trop, soit un montant compris entre 3000 et 7000 francs, selon le prix d'achat du véhicule. Pour être prises en compte, les demandes d'indemnisation doivent être soumises avant la fin de cette année. Car à partir de janvier 2018, il y a un risque de prescription. La SKS a porté plainte jeudi dernier à Zurich contre le groupe Volkswagen et Amag. La procédure vise à déterminer si VW et l'importateur ont trompé les automobilistes et violé le droit helvétique.

Action romande

Lundi, la Fédération romande des consommateurs (FRC) est elle aussi passée à l'offensive contre le géant allemand de l'automobile. Alliée à sa faîtière européenne, elle a lancé un recours collectif en Allemagne pour que le constructeur verse des dédommagements aux clients lésés par le scandale des moteurs diesel.

La FRC a choisi la voie proposée par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), plus prometteuse selon elle. En Suisse, les consommateurs affectés peuvent s'inscrire depuis lundi sur la plate-forme en ligne myRight via le site frc.ch pour prendre part à cette action.

La FRC cherche plus de 1000 plaignants

L'organisation romande de protection des consommateurs cherche quant à elle plus de 1000 plaignants en Suisse. «Nos partenaires de myRight ont enregistré 600 inscriptions après un seul jour», s'est réjouie Florence Bettschart, responsable droit et politique à la FRC, contactée par l'ats.

La plate-forme myRight adaptée au public helvétique existe en français et en allemand. Des deux côtés de la Sarine, les propriétaires lésés peuvent choisir de participer à l'une ou l'autre procédure en cours, mais pas aux deux, rappelle Mme Bettschart.

(nxp/ats)