Industrie

16 avril 2018 09:02; Act: 16.04.2018 09:08 Print

La voie est libre pour Sulzer aux Etats-Unis

Depuis la semaine passée, l'entreprise zurichoise peut à nouveau accéder à ses avoirs sur le sol américain.

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Une faute?

Sulzer annonce le retour à la normale intégrale de ses activités aux Etats-Unis, en lien avec la composante russe de son actionnariat. Le groupe industriel zurichois a reçu une deuxième licence, levant de fait le gel de ses avoirs encore bloqués.

L'autorisation est venue de l'entité administrative Ofac (pour Office of Foreign Assets Control), a indiqué lundi la multinationale de Winterthour (ZH). Elle a été délivrée dans la nuit de vendredi à samedi et marque définitivement le «retour à la normale», après quelques jours de flottement.

Jeudi, l'Ofac avait déjà avalisé le transfert de propriété des actions Sulzer rachetées à son principal actionnaire Renova (de l'oligarque Viktor Vekselberg), touché par une série de sanctions américaines à l'encontre d'intérêts russes. Ces sanctions résultent de la crise diplomatique entre Américains et Britanniques d'un côté et Russes de l'autre.

Gros montant

Le prix déboursé par Sulzer pour les 5 millions de titres rachetés à Renova se monte à 109,13 francs par action, au cours moyen pondéré par le volume. Le montant de la transaction avoisine ainsi 546 millions de francs, précise le groupe dans son communiqué. Les opérations de rachat se sont étalées du 9 au 13 avril.

Toujours jeudi dernier, Sulzer avait affirmé ne plus être soumise aux sanctions en regard du droit américain. Le groupe zurichois précise vouloir fournir jeudi prochain de plus amples détails à ce sujet lors de la publication de ses entrées de commandes au premier trimestre 2018.

Sous la barre de 50%

Pour mémoire, en raison des sanctions décrétées il y a une dizaine de jours par les autorités américaines à l'encontre du milliardaire russe Viktor Vekselberg et de son véhicule d'investissement Renova, qui détenait jusque-là 63,4% de Sulzer, l'entreprise de Winterthour s'était retrouvée sous pression et avait vu son action plonger.

Avec le rachat partiel de la participation de Renova par Sulzer, celle-ci se monte désormais à 48,83%. Elle a repassé du coup sous la barre de 50% fixée par l'administration américaine comme la limite pour la participation des personnes, physiques ou morales, se trouvant sous le coup de sanctions.

(nxp/ats)