Jeux de hasard

03 janvier 2013 15:34; Act: 03.01.2013 15:44 Print

Le Swiss Loto se cherche un nouveau souffle

Tenter sa chance à la Loterie suisse à numéros coûtera plus cher dès le 10 janvier mais les gains seront plus nombreux.

Une faute?

Dans un secteur très compétitif, la Loterie romande relance le «Swiss Loto» qui a perdu 20% de son chiffre d'affaires en deux ans. «Il s'agit du ixième avatar de ce jeu lancé en 1970», résume Jean-Luc Moner-Banet, directeur général de la Loterie romande. «Nous voulons rendre ce jeu plus simple et lui redonner du lustre.» Bref, promouvoir la loterie nationale, fleuron quelque peu éclipsé par l'EuroMillions dans le coeur des Helvètes.

L'objectif vise à améliorer le chiffre d'affaires de ce jeu, en baisse de 20% depuis 2010, concède le directeur. Pour y parvenir, une nouvelle formule sera proposée dans quelques jours, conjointement par la Loterie romande (LoRo) et Swisslos, son pendant en Suisse alémanique et au Tessin.

Les modifications médiatisées jeudi à Lausanne portent notamment sur la grille qui réunit 42 numéros au lieu de 45. S'il faut toujours cocher six cases, la mise minimale passe en revanche de 3 à 5 francs: un renchérissement de 67%.

M. Moner-Banet le justifie: «C'est un autre produit! Vous avez remarqué? Le nom a été modifié: c'est Swiss Loto avec un seul T et non deux. Plus sérieusement, nous créons un jeu offrant des jackpots plus importants et plus de chances de devenir millionnaire en fusionnant l'ancien jeu Plus dans le Loto de base. Les gains étant plus intéressants qu'auparavant, il faut les financer avec un prix de base différent.»

Droit des pauvres

Deux autres nouveautés, législatives, viennent d'entrer en vigueur. L'une majore de 50 à 1000 francs le montant des gains soumis à l'impôt anticipé. L'autre voit le «droit des pauvres» supprimé dans le canton de Genève. La première ravira les gagnants mais allègera aussi le travail administratif pour la LoRo, et donc son coût.

La seconde aura un impact plus tangible car le prix des jeux de loterie et des paris sportifs diminue de 13% dans le canton concerné. Désormais, les joueurs romands paieront le même tarif pour leurs enjeux. «Cela devrait notamment contribuer à freiner l'émigration marquée des enjeux vers la France», espère M. Moner-Banet.

Car maints Genevois tirent parti d'un taux de change favorable pour faire leurs courses de l'autre côté de la frontière et profiter de jouer à des jeux aussi proposés par la LoRo. Ce «tourisme des billets de loterie» est marginal dans les cantons de Vaud, Valais, Neuchâtel et Jura.

Mises manquantes

Le bilan 2012 de la LoRo sera connu au printemps mais M. Moner-Banet prévoit «un léger recul» pour le produit brut des jeux et pour le bénéfice. Le premier s'élevait à 371 millions en 2011, dont 205 millions versés à des organisations d'utilité publique.

Ce résultat probablement en baisse traduit les mises manquantes des joueurs traversant la frontière mais surtout un secteur très concurrentiel. Le marché des jeux d'argent s'est beaucoup étoffé et les casinos en Suisse se sont démocratisés.


Casino à Neuchâtel

En outre, deux casinos viennent d'ouvrir, à Neuchâtel et Zurich, portant à 21 le nombre de ces établissements, soit un réseau très dense face aux autres pays européens. Et l'offre explose sur Internet avec une multitude de sites basés à l'étranger, dont «plus de 500 mènent des activités illégales», déplore M. Moner-Banet.

Lutter contre ce genre de sites est un des objectifs d'une loi attendue dans quelques années, suite à l'acceptation en mars dernier de l'arrêté fédéral sur la réglementation des jeux d'argent. Elle va sans doute s'inspirer d'expériences menées avec succès à l'étranger.

Trafic illégal

En France, par exemple, «80% du trafic illégal sur les jeux d'argent est empêché» grâce à un arsenal de mesures imposées aux banques pour éviter le blanchiment d'argent ou au blocage de noms de domaines, dit le directeur général. Ce dernier reste serein concernant l'avenir de la LoRo: le circuit des ventes de billets via kiosques et revendeurs n'est pas menacé à moyen terme.

(ats)