Suisse

03 janvier 2018 12:57; Act: 03.01.2018 13:19 Print

Les paysans souhaitent des prix équitables

L'Union Suisse des Paysans réclame des prix à la production raisonnables qui couvrent les coûts et permettent d'investir dans l'avenir.

storybild

«Les paysans consacrent la plupart de leur temps de travail pour un moindre revenu. Cela se reflète également dans la part de l'agriculture au prix à la consommation», affirme Martin Rufer, chef du Département Production, marché et écologie de l'USP. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une agriculture durable n'est pas possible aux prix ayant cours sur les marchés internationaux, affirme l'Union Suisse des Paysans. Celle-ci souhaite des prix raisonnables qui couvrent les coûts et permettent d?investir dans l'avenir.

La grande majorité des matières premières agricoles souffrent dans le monde entier et en Suisse de prix à la production bas et de conditions loin d'être équitables. En Suisse, beaucoup d'agriculteurs et paysannes préfèrent ainsi chercher un emploi ailleurs, a souligné l'USP mercredi à Derendingen (SO), lors de sa conférence de presse de début d?année sur le thème du commerce équitable.

Le principe d'équité doit être privilégié à celui du libre-échange. L'USP réitère ainsi son mécontentement devant la stratégie agricole du Conseil fédéral, qui vise notamment une ouverture des frontières.

Juste répartition de la valeur ajoutée

Globalement, le marché suisse est caractérisé par des revenus extrêmement différents tout au long de la chaîne de la valeur ajoutée. «Les paysans consacrent la plupart de leur temps de travail pour un moindre revenu. Cela se reflète également dans la part de l?agriculture au prix à la consommation», a expliqué Martin Rufer, chef du Département Production, marché et écologie de l'USP, cité dans le communiqué.

«À titre d'exemple, les coûts des céréales représentent entre 6 et 11 % du prix d'un pain». Selon M. Rufer, il faut repenser les chaînes de valeur ajoutée: à l'avenir, le principe d'équité - c'est-à-dire une juste répartition de la valeur ajoutée - doit être mis en oeuvre.

«Ce qu'il faut, ce sont des prix raisonnables qui couvrent les coûts et permettent d'investir dans l'avenir», a souligné le président de l'USP Markus Ritter. La transparence, une déclaration crédible et une mise en oeuvre conséquente des dispositions relatives au Swissness sont essentielles pour permettre à l?agriculture de participer à la valeur ajoutée.

Vente directe, coopératives ou labels

Dans son rapport, l'USP présente d'autres exemples de coopération équitable en Suisse ainsi que des voies possibles pour les familles paysannes. Celles-ci peuvent essayer d'augmenter leur part au prix à la consommation en développant la vente directe. Des chemins plus courts vers le consommateur doivent être privilégiés. L'USP conseille aussi d'établir des coopératives et des labels appropriés.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • he le 03.01.2018 14:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mangeons suisse et local

    il faut commencer par manger des produits de saison, des fraises , framboises et autres petits fruits en janvier n 'ont de toute manière pas de goût , les paysans suisses ont l'obligation de tenir un cahier des traitements vous croyer que ceux qui sont produit a l'autre bout du monde sont sans pesticides . soutenons nos producteurs suisses

  • Yves le 03.01.2018 15:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prix

    Tout d'abord, commençons par Coop et Migros afin qu'ils nous disent le prix qu'ils paient aux agriculteurs, ainsi l'on pourra vraiment savoir qui pleure sur les prix...(je sais que ces deux là en particulier font d'énormes marges, c'est juste pour info)

  • Aluiset le 03.01.2018 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    On en a gros!

    L'Union Suisse des Paysans doit avoir le courage de se révolter et de soutenir l'initiative sur la Souveraineté Alimentaire d'Uniterre. C'est le seul moyen de faire pression sur ce Conseil Fédéral qui n'écoute plus la volonté populaire.

Les derniers commentaires

  • SoniaMdu Plaisir. le 04.01.2018 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais, qui

    Peut - ont me dire,ils font quoi avec les 3 milliards et demis, que la Confédération leurres versent?? Pas tout compris.petite-fille de paysan.

  • Arthur le 04.01.2018 18:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    fermiers au lieu de propriétaires

    Le problème principal n'est pas le niveau des prix mais les coûts fixes. Laissez les citadins acquérir les domaines au même titre qu'un paysan. Vous verrez qu'en devenant fermiers une bonne partie des problèmes sera nettement moins aiguë

  • Arthur le 04.01.2018 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    des socialistes

    Tiens, ils veulent des prix contrôles, des quantités assurées,,, ils devraient voter socialiste et redevenir fermiers au lieu de propriétaires

  • Liberland le 04.01.2018 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Make Fortune around the World

    Il y a eu des pénuries de beurre en Scandinavie, le lait en poudre est très recherché souvent en rupture de stock en Chine Hong Kong ou Singapour, ils recherchent la qualité Suisse Batave ou de l UE dans les pays émergents ... etc

  • Richard Engel le 03.01.2018 21:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    coop migros

    Si la grande distribution payait le prix correct de leur production, les subsides et payements directs n'auraient pas lieu d'être et on ne râlerait pas sur les agriculteurs.

    • SoniaMdu Plaisir. le 04.01.2018 19:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Richard Engel

      Suis pas vraiment très sûre ???