Grande-Bretagne

07 décembre 2017 19:53; Act: 07.12.2017 19:55 Print

Nouveau revers pour Uber

La ville de Sheffield (nord de l'Angleterre) a indiqué jeudi avoir décidé de priver la compagnie américaine de sa licence.

storybild

Présente dans plus de 70 pays, l'entreprise Uber a eu maille à partir avec de nombreuses autorités dans le monde. (Photo: AFP)

Une faute?

La licence est suspendue depuis le 29 novembre après qu'Uber n'a pas apporté les réponses souhaitées à des questions sur sa manière d'opérer, explique la municipalité de Sheffield dans un communiqué.

Le géant américain des voitures avec chauffeurs pourra continuer à faire rouler ses véhicules dans les rues de la ville jusqu'au 18 décembre. S'il fait appel, il pourra exercer au-delà de cette date tant que les procédures judiciaires ne sont pas épuisées.

La ville explique avoir reçu le 18 octobre une nouvelle demande de licence de la part d'une filiale de Uber, nommé Uber Britannia, qu'elle est en train d'examiner. Or, la loi ne prévoit pas de pouvoir transférer une licence pour un opérateur.

«Erreur administrative»

Un porte-parole de Uber a mis ce problème sur le compte d'une «erreur administrative» dans la procédure et a précisé que si la nouvelle demande de licence «ne peut pas être validée d'ici le 18 décembre, nous ferons bien sûr appel» afin de continuer à proposer ses services aux «dizaines de milliers de clients et de chauffeurs à Sheffield».

Cette décision de Sheffield intervient après celle qui avait grand bruit dans la capitale britannique fin septembre, quand l'autorité des Transports de Londres (TfL) avait décidé de retirer sa licence à Uber.

Uber a fait appel de cette interdiction ce qui lui permet de poursuivre ses activités dans la capitale. Cet appel commencera à être examiné par la justice britannique lundi 11 décembre.

Présente dans plus de 70 pays, l'entreprise a eu maille à partir avec de nombreuses autorités dans le monde, dont la France où elle a écopé de plusieurs amendes.

(nxp/ats)