Suisse

14 novembre 2017 10:16; Act: 14.11.2017 14:47 Print

Nouvelle CCT pour les kiosques chez Valora

La nouvelle convention collective de travail remplace le précédent accord datant de 2013. Elle concerne 1900 employés.

storybild

Le salaire minimum des collaborateurs ayant suivi une formation professionnelle de deux ou de trois ans augmentera de 50 francs dès le 1er janvier 2018.

Une faute?

Le groupe bâlois de commerce et de distribution Valora et la Société des employés de commerce (SEC) ont réussi à s'entendre sur une nouvelle convention collective de travail (CCT) pour les collaborateurs en Suisse. Elle entrera en vigueur début 2018, pour trois ans.

Le salaire minimum des collaborateurs ayant suivi une formation professionnelle de deux ou de trois ans augmentera de 50 francs dès le 1er janvier 2018. Une hausse similaire aura lieu début 2019, ont indiqué mardi, dans un communiqué commun, la SEC et la firme sise à Muttenz (BL).

Congé paternité

Un congé paternité de dix jours est également introduit pour tous les employés. Jusqu'à présent, seuls les collaborateurs assujettis à la CCT bénéficiaient de cinq jours. Le perfectionnement des collaborateurs doit être approfondi, soulignent encore la SEC et l'exploitant des enseignes «k kiosk», «Press&Books», «Naville», «OK», «Brezelkönig», «Ditsch», «Caffè Spettacolo» ou encore «avec».

Les partenaires d'agences indépendants de Valora seront également tenus de respecter les salaires minimaux actuels validés par la CCT lors de la conclusion de nouveaux contrats dès janvier prochain.

Si le syndicat Syna salue les promesses d'amélioration des conditions de travail et de formation, il relève, dans un communiqué, que les points problématiques restent non résolus dans les agences: comme aucun contrôle n'y est effectué, les salaires sont toujours inférieurs au revenu minimum.

Un point que contredit Valora, qui assure que le respect des accords contractuels et du cadre légal est contrôlé sur la base de sondages. Des remarques à ce sujet sont immédiatement examinées, a souligné un porte-parole. «Les violations à ces règles ne sont en aucun cas tolérées par Valora.»

Insuffisant, dénonce Syna

La nouvelle CCT remplace le précédent accord datant de 2013. Elle concerne 1900 employés en Suisse et est valable pour les collaborateurs qui ne sont pas déjà affiliés à une autre convention, a précisé un porte-parole de Valora à l'ats.

Au total, le groupe compte 15'000 employés, dont 6000 en Suisse. Ces chiffres incluent les employés des agences. Valora dénombre environ 2800 points de vente en Suisse, Allemagne, Autriche, Luxembourg, France et aux Pays-Bas.

Selon Syna, la majorité des employés des kiosques profitent, cependant, à peine des améliorations prévues par la nouvelle CCT. L'amélioration du congé paternité mérite, certes, d'être saluée politiquement, mais ne profite pas au personnel de vente féminin, plus nombreux. De plus, si le salaire des employés formés augmente, la majorité du personnel, non qualifiée, n'en voit pas la couleur.

Pour mémoire, Syna avait affiché, l'automne dernier, son désaccord avec la direction de Valora, accusant notamment cette dernière de ne pas vouloir augmenter les salaires. Le syndicat avait, dans la foulée, dénoncé la CCT.

Ancienne CCT prolongée jusqu'ici

Dans ce contexte, le détaillant rhénan avait entamé des négociations salariales avec la SEC et prolongé l'ancienne convention. En février dernier, les partenaires sociaux annonçaient qu'une nouvelle CCT était en discussion, avec des améliorations.

Une première étape avait été franchie en avril. Le détaillant bâlois s'était engagé à augmenter la masse salariale de tous les collaborateurs soumis à la CCT en Suisse de 1,8%, à effectuer une hausse généralisée des rémunérations pour tous les employés de vente de 1% et à relever les salaires minimaux bruts de 100 francs.

Le président du conseil d'administration de Valora, Franz Julen, avait dit, début septembre, que les négociations étaient en bonne voie.

(nxp/ats)