Confection

19 juin 2017 11:47; Act: 19.06.2017 12:32 Print

OVS, repreneur de Vögele, dévoile ses plans

par Christine Talos - Le patron de la marque italienne, Stefano Beraldo, a expliqué ce qu'il comptait faire de ses futures enseignes en Suisse.

storybild

OVS compte engager du personnel pour gérer les boutiques qui remplaceront les enseignes Charles Vögele. (Photo: OVS Suisse)

Sur ce sujet
Une faute?

L'enseigne Charles Vögele, rachetée l'automne dernier par la chaîne italienne OVS, est en train de disparaître après 60 ans d'histoire. Les premiers points de vente OVS sont en activité depuis le mois de mars, notamment à Lausanne, Crissier (VD) et Genève. Et d'ici juillet, les 163 boutiques Vögele disparaîtront définitivement après 60 ans d'histoire. L'occasion pour le Blickd'interroger le patron de la chaîne italienne, Stefano Beraldo.

Le fringant sexagénaire est une star de la branche en Italie, explique le Blickqui l'a rencontré à Milan. En 12 ans, il a réussi à placer OVS dans la cour des grands, aux côtés de Zara ou H&M. Et cet homme croit fermement à l'avenir de ses boutiques en Suisse, malgré la mainmise toujours plus grande du géant des ventes sur Internet Zalando.

Peu de concurrence en Suisse

«Nous pouvons directement commencer avec une grosse part de marché en Suisse. Et grâce à sa proximité avec l'Italie, la logistique est pour nous simplifiée», explique Stefano Beraldo. Mais surtout, à ses yeux, notre pays est un marché attractif où il n'y a que peu de concurrence au niveau de la mode, affirme-t-il.

Le patron explique en outre tout ce qu'il va changer par rapport à Vögele. «Quand on entre dans un magasin Vögele, on a l'impression d'être dans une église: il fait sombre et il n'y a pas de musique. Ce n'est pas moderne. Malgré de bons emplacements, ils perdent des parts de marché chaque année. Nous allons proposer un tout autre concept d'achat avec OVS», annonce-t-il.

Et Stefano Beraldo sait de quoi il parle. Si OVS fait jeu à armes égales en Italie avec les grandes marques, ce n'était pas le cas au moment où l'homme a racheté la chaîne Oviesse il y a 12 ans. Celle-ci était comme Vögele destinée à une clientèle plutôt âgée et conservatrice. Et en modernisant le concept, OVS est passé de 2% de parts de marché à 7%, avec un chiffre d'affaires en hausse de 3,3% en 2016 à 1,4 milliard d'euros. Et ce malgré la crise.

150 à 200 postes à créer

Le patron estime qu'il peut encore croître, malgré la concurrence des géants du net. Surtout en Suisse. La preuve: les 5 magasins pilote ouverts depuis le mois de mars montrent que les clients sont là. «Aujourd'hui Zalando possède 20% du marché et 50 chaînes de mode traditionnelles se battent pour le 80% restant. Dans 5 ans, il n'y aura plus que 10 enseignes. Je veux faire partie de celles-là. »

Depuis la reprise de Charles Vögele, quelque 240 postes sont passés à la trappe en Suisse, rappelle le Blick. La saignée devrait toutefois être terminée, selon le patron d'OVS. Qui compte même embaucher désormais. «Dans les boutiques-pilotes, nous avons vendu deux fois plus d'habits que Vögele», indique-t-il. «Nous avons du coup besoin de plus de personnel», lance-t-il en évoquant 150 à 200 emplois à créer.

(nxp)