Berne

17 avril 2017 17:42; Act: 17.04.2017 17:43 Print

Pékin empêché d'acquérir un logiciel espion suisse

Le Secrétariat d’Etat à l’économie a interdit la vente d’un dispositif de surveillance des signaux radio à une société chinoise.

storybild

Un internet café de Pékin. (Photo: Keystone/how Hwee Young)

Une faute?

Pékin voulait utiliser de la technologie suisse pour mieux surveiller sa population. L’accord pour acquérir un logiciel d’espionnage «Swiss made» était presque conclu, mais le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) a empêché son exportation à la dernière minute. C’est ce qu’a rapporté dimanche «SonntagsBlick».

Le programme en question permet de surveiller des signaux radio et d’analyser une grande quantité de données. Il était destiné à une entreprise privée chinoise. Mais cette dernière serait en réalité une société écran, a conclu une enquête approfondie menée par les services de renseignement suisses.

Le montant de la transaction devait s’élever à 87 000 fr., selon le journal dominical. Le Seco n’a pas révélé quelle société était impliquée dans l’affaire. Son porte-parole, Fabian Maienfisch, a indiqué que ses «solutions logicielles pouvaient être utilisées à des fins de répression». Il ajoute qu’il y avait un «risque important» que l’entreprise chinoise transmette des données aux organismes gouvernementaux. C’est en raison de la possibilité que le matériel d’espionnage puisse être utilisé contre des civils que le Seco a stoppé sa vente en Chine.

Ce n’est pas la première fois que le Seco procède de la sorte. En 2015 et 2016, il a interdit l’exportation d’équipements de surveillance mobile vers le Vietnam, le Bangladesh et la Turquie.

(man)