Faillite de Switcher

26 mai 2016 10:36; Act: 26.05.2016 15:53 Print

«Un soulagement pour les employés»

En proie à de graves difficultés financières, l'entreprise textile vaudoise a été mise en faillite par le Tribunal d'arrondissement de Lausanne jeudi matin.

storybild

Robin Cornelius, fondateur de l'entreprise Switcher, arrive à une audience de faillite de l'entreprise Switcher devant le Tribunal d’arrondissement de Lausanne, ce jeudi 26 mai 2016. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott) (Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

La baleine jaune boit la tasse. Le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a prononcé jeudi la faillite de l'entreprise textile Switcher. La société est endettée et affiche 9 millions de pertes au bilan des premiers mois de 2016. Une quarantaine d'employés vont perdre leur emploi.

L'audience a été courte. Après quelques échanges, la présidente a prononcé la faillite de l'emblématique entreprise à la baleine jaune. «Il est difficile de nier l'état de surendettement de la société. On est largement dans un état d'insolvabilité», a-t-elle dit. Sa décision peut faire l'objet d'un recours dans un délai de 10 jours.

Les salaires et les charges sociales ont dans l'ensemble été payés jusqu'en mars. Mais depuis avril, les employés ne reçoivent plus leur dû et les marchandises ne sont plus livrées. Me Olivier Cherpillod, le représentant des administrateurs indiens de la société, ne «voit pas de perspectives d'assainissement de la situation». Il a déposé une requête de dépôt de bilan.

Pertes accumulées

La situation financière exacte de l'entreprise est difficile à évaluer. Après des déficits en 2013, 2014 et 2015, la société aurait accumulé pour 9 millions de pertes durant les premiers mois de 2016. Il y a deux semaines, les créances atteignaient 4,6 millions de francs. D'autres cas pourraient s'annoncer.

Les représentants des créanciers, présents à l'audience, ont regretté le manque d'informations sur la réelle situation comptable de l'entreprise. L'un d'entre eux - représentant des fournisseurs portugais - s'est réservé le droit de recourir contre la faillite, si le surendettement n'est pas prouvé.

Le dossier est désormais entre les mains de l'office des faillites. Il organisera lundi matin dans les locaux de Switcher, au Mont-sur-Lausanne, une séance d'information pour le personnel.

L'office va prendre des «mesures conservatoires» afin de préserver tout ce qui peut revenir dans la masse en faillite. Les locaux de l'entreprise seront fermés et le personnel licencié.

Manque d'élégance

Le syndicat Unia, qui représente les intérêts d'une nette majorité des employés de Switcher, a regretté l'absence des propriétaires à l'audience. «Les patrons indiens n'ont même pas eu l'élégance d'être présents», a déclaré Jean-Marc Cuany, secrétaire syndical.

Unia a pris acte de la mise en faillite. Cette décision est celle qui garantit le mieux aux employés de pouvoir faire valoir leur créance. Mais le risque est grand que la longue attente jusqu'à cette audience ait permis de vider une part substantielle du stock, écrit le syndicat.

Réaction du fondateur

Le fondateur de Switcher, Robin Cornelius, qui est aussi créancier pour 700'000 francs, était lui bien présent. La mise en faillite est «un soulagement pour les employés. Si la situation ne bougeait pas, ils n'étaient pas payés», a-t-il réagi à l'issue de l'audience.

La transparence et le respect étaient les valeurs fondatrices de Switcher. «Il n'y a plus de transparence et il n'y a plus de respect», a ajouté celui qui a quitté le groupe en 2014 et conserve 14% de Switcher.

Pas d'investisseur

Le fondateur regrette les erreurs de stratégie du management ces dernières années. Aimerait-il sauver le nom? «On ne sait pas où il est le nom. Ils l'ont mis dans une boîte à Singapour ou je ne sais où. Il appartient aux Indiens», a-t-il dit.

Robin Cornelius ambitionne de réunir autour d'une même table les fournisseurs, les employés et les clients. «Je suis à disposition, mais les sous, je ne les ai pas», ajoute-t-il. «Je ne veux plus être Monsieur Switcher mais je peux rapprocher les gens».

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Philippe PhP le 26.05.2016 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et la marmotte

    Dommage, des t-shirts de qualité qui tenaient le temps et les lavages

  • Jules le 26.05.2016 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Tout mon soutien aux employés !

  • Marcelle Ratafia le 26.05.2016 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    :-(

    Une marque que j'aimais beaucoup. On en trouvait déjà moins malheureusement.

Les derniers commentaires

  • Marie Pierre Jeanneau le 27.05.2016 21:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mme

    le fondateur récolte ce qu il a semé....il se plaint mais lui il pleure confortablement.. un ancien revendeur de Switcher...

  • Ancienne le 27.05.2016 20:46 Report dénoncer ce commentaire

    La belle époque

    Dommage Robin votre confiance aux dirigeants et aux fabricants vous ont coûté votre bébé depuis longtemps je pensais qu'un jour on travaillerait pour les indiens et pas le contraire

  • marc le 27.05.2016 10:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive l'Inde

    je suis français et je viens d'auvergne, dès que j'ai vu "patrons indiens" j'ai même pas été surpris par le reste de l'article. Chez moi ils ont repris une siderurgie ( Alcan pour ne pas les nommer) qui s'est en 2 ans trouver au bord de la ruine. Une cartonnerie qui fonctionnait tres bien a aussi été racheter par des indiens qui en 6 mois à peine l'on démantelée et fermée : 62 personnes à la porte et pas un seul representant aux jugements et aux prud'hommes. 2 ans que la boite est fermée et seuls le staff a reçu les payes en retard les ouvriers attendent toujours !!!!

  • VM le 27.05.2016 07:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    FAIR TRADE

    Hier matin, je suis passé devant une enseigne d'habits et j'ai sélectionné 4 t-shirts bon marché. Devant la caisse, à 12.-pièce, j'ai dit " je pense qu'ils ne sont pas fair trade". La vendeuse : "quoi??" - "ils ne proviennent pas du commerce équitable". - elle: "qu'est-ce que c'est ?" Authentique. On est mal barré.

  • SOS le 27.05.2016 07:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le cancre nommé "marché mondial"

    De nouveau une entreprise suisse victime du marché mondial: que c'est triste. Le marché mondial, on en finit quand enfin?