Banques

23 mars 2012 10:46; Act: 23.03.2012 15:46 Print

UBS et le Credit Suisse ne paient pas d'impôts

La plupart des déclarations d'impôts sont désormais remplies et les Suisses ne tarderont pas à recevoir leurs factures. Mis à part les grandes banques suisses, qui elles, ne paient pas un sou.

storybild

Alors que monsieur et madame tout le monde paient sagement leurs impôts, les grosses banques, elles, profitent de crédits d'impôt généreux. (Photo: keystone)

Une faute?

Alors que la classe moyenne paie ses impôts, les grandes banques peinent à faire de même. Un bref regard sur les chiffres le montre clairement: En 2006 et 2007, UBS a versé 3 milliards, respectivement 1,4 milliards de francs au fisc. Mais la situation a changé après la quasi-faillite de la banque. Depuis, UBS a bénéficié de plusieurs crédits d'impôt. La loi fédérale et les lois cantonales permettent, en effet, de reporter le paiement des impôts en période de pertes à des années bénéficiaires.

UBS a pu déduire 6,8 milliards de francs (report de pertes) en 2008, près de 450 millions en 2009 et 380 millions en 2010. L'année dernière, la banque a pu recommencer à payer environ 900 millions de francs au fisc. Bilan des six dernières années: un montant négatif de 2,3 milliards de francs pour l’État, écrit vendredi «20 Minuten».

Et la situation est à peine meilleure du côté du Credit Suisse. De 2009 à 2011, la banque a déboursé près de 4 milliards de francs en impôts. Ce montant s'élevait à 800 millions en 2007. Ce qui fait un total de 4,8 milliards de francs pour le fisc. Et pour 2008? Le Credit Suisse a pu bénéficier pour cette année d'un crédit d'impôt de 4,9 milliards de francs. Tous comptes faits, l’État n'a pas reçu un seul sous du Crédit Suisse entre 2007 et 2011.

(ofu / 20 Minuten)