Marie-Claude Pietragalla de DALS

12 octobre 2012 08:36; Act: 12.10.2012 08:36 Print

«Je suis heureuse qu'une telle émission existe»

par Serge Bressan, Paris - Nouvelle venue au sein du jury de «Danse avec les stars», la danseuse étoile se confie, avant le deuxième prime de cette troisième saison.

Voir le diaporama en grand »
Le premier prime de la troisième saison de «Danse avec les stars» s'est déroulé le 6 octobre 2012 sur TF1. Un candidat suisse figurait au casting: Bastian Baker. Le jeune chanteur vaudois a dansé avec Katrina Patchett... ... sur «L'Assasymphonie» de Florent Mothe pour «Mozart, l'opéra rock». Bastian et Katrina écoutent les réactions des juges. Bastian Baker et Katrina attendent de recevoir leurs notes... ... et ils obtiennent quatre fois le 7 pour un total de 28 points. Chimène Badi et Julien Brugel. Le couple obtient un total de 26 points. Emmanuel Moire et Fauve Hautot. Comme ils ont dansé sur la BO du film The Artist... ... les deux danseurs ont été rejoints par un chien. 31 points pour Emmanuel Moire. Gérard Vivès et Silvia Notargiacomo en pleine action. 25 points pour l'acteur et sa partenaire. La championne d'escrime Laura Flessel... ... avec Grégoire Lyonnet. Score mitigé pour eux: 23 points. Amel Bent a dansé avec Christophe Licata. Gros succès pour le couple avec 33 points. L'un des animateurs de l'émission: Vincent Cerutti. Shy'm, gagnante de la saison 2 de l'émission et nouvelle membre du jury. Christophe Dominici devant le jury... ... et avec et Candice Pascal. Candice Pascal avec Christophe Dominici et sa fille au moment de recevoir les notes des juges. Lorie Pester et Christian Millette. Deuxième 9 de la soirée et première place pour Lorie et son collègue. Taïg Khris et Denitsa Ikonomova. Taïg Khris et Denitsa Ikonomova reçoivent leurs notes. Pas glorieux! Le jury en pleine démo de danse. Et voici le classement final!

Revivez le premier prime de «Danse avec les stars» saison 3 en images.

Sur ce sujet
Une faute?

La vraie star de «Danse avec les stars», c’est elle! A 49 ans, chevelure longue et brun vif, Marie-Claude Pietragalla est une légende de la danse classique. Nommée danseuse-étoile à l’Opéra de Pa-ris à 27 ans en 1990, elle danse encore et toujours, et a monté en 2004 la Pietragalla Compagnie, troupe qui honore danse classique et contemporaine.

Son arrivée dans le jury pour cette saison 3 de «Danse avec les stars» a constitué une énorme surprise. A la veille de la deuxième émission, elle s’en explique.

S’il est une personne qu’on n’attendait pas dans un pro-gramme comme Danse avec les stars, c’est bien vous…
Oui, c’est surprenant, mais en même temps, je trouve que cette émission est de bon ton. Il s’en dégage une bonne ambiance. Ces artistes, ces sportifs qui y participent viennent tous relever un challenge de taille.

Ambiance, bon ton oui mais la danse qu’on y montre, ce n’est pas celle que vous pratiquez, défendez…
Mais je suis heureuse que cette émission existe! Depuis tant et tant d’années, une certitude me verrouille au corps: la danse doit être populaire et démocratisée. Alors, avec la télévision, on peut ouvrir les yeux du public… et si la toute jeune génération vient dans les cours de danse, on aura gagné.

Vous vous êtes longuement interrogée sur votre présence dans le jury?
La réflexion a été longue, oui et non. Parce que j’aime aller dans les choses où on ne me voit pas. Et là, il y a des femmes et des hommes à qui on demande de repousser les limites de leur corps. Sur ce que j’ai des deux précédentes saisons de Danse avec les stars, je suis étonnée de voir l’humilité des artistes qui y participent. Enfin, une des raisons de ma présence comme jurée, c’est ma certitude qu’une telle émission peut mettre en lumière les valeurs que prône la danse. La mise en danger, la prise de risque…

La production vous a-t-elle suggéré une façon d’être, un comportement dans le jury aux côtés de Shy’m, Jean-Marc Généreux et Chris Marques?
Quand on parle de la danse, je m’anime… et je vous garantis qu’on ne m’a rien suggéré! Dans cette émission, j’ai envie d’avoir l’œil bienveillant, de regarder l’univers du candidat. Je m’attacherai plus à l’émotion et l’univers du concurrent qu’à la technique. Ce qui m’anime, c’est l’humanité qui se dégage des gens… Bien sûr, j’ai l’habitude d’avoir un œil exigeant mais là, il y aura certes la technique mais aussi et surtout, le dépassement de soi, l’imaginaire et le rêve. Dans la danse, il y a toujours quelque chose de rationnel et de techni-que mais il y a aussi des choses qui relèvent de l’inexplicable. L’aura. Une personne qui va enrichir l’art. Et ça, ça m’intéresse beaucoup.