Aloe Blacc

22 juin 2015 06:03; Act: 30.06.2015 10:05 Print

«Chanter au «Picotin» est un rêve qui se réalise»

par Julienne Farine/mja - Le chanteur joue ce soir pour la première fois dans le chalet de Claude Nobs. Les fans le retrouveront ensuite au Montreux Jazz Festival.

Aloe Blacc interprète «I Need a Dollar» au Montreux Jazz Festival en 2011.
Sur ce sujet
Une faute?

Pour écouter le concert acoustique d'Aloe Blacc, il faudra être branché dès 19 h ce lundi 22 juin 2015 sur La Première. En direct depuis «Le Picotin», le chalet de Claude Nobs, l'Américain de 36 ans enchaînera les titres. Une sorte de préface à son concert au Montreux Jazz Festival, le 18 juillet prochain.

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que vous alliez jouer dans le chalet de Claude Nobs?
J'étais très excité. Jouer dans son chalet est un immense honneur. Claude Nobs a créé l'un des plus importants festivals du monde. J'aurais juste aimé qu'il soit encore là pour que je puisse le remercier de tout ce qu'il a apporté à la musique.

Est-ce la première fois que vous allez au «Picotin»?
Oui. J'ai beaucoup d'amis et de collègues qui y sont allés et j'ai toujours voulu m'y rendre. Je n'avais jamais imaginé que j'aurais la chance d'y chanter. C’est un rêve qui se réalise.

Vous allez offrir un show acoustique. Comment vous êtes-vous préparé?

J'ai multiplié les concerts acoustiques pour me préparer. J'aime les performances détendues avec seulement quelques musiciens à la guitare. Ça donne la possibilité de raconter des histoires à propos des chansons. Je peux aussi offrir une plus grande émotion dans la voix parce que je n'ai pas à m'adapter à la batterie et aux haut-parleurs.

Vous allez jouer au Montreux Jazz Festival. Quels souvenirs avez-vous de la ville?
J'ai joué au festival en 2011 et j'ai été impressionné par l'énergie que dégageait l'événement. Montreux est plus calme le reste du temps, mais c'est quand même très beau. J'ai pu voir la ville du ciel, pendant un vol en hélicoptère, c'était magnifique.

Qu'aimez-vous de la Suisse?
C'est vert. Je viens de Los Angeles, une ville où tout est presque pavé. On a l'impression qu'il y a plus de gens que d'arbres. J'adore l'idée qu'une belle architecture puisse cohabiter avec la nature. J'aime aussi la mixité des cultures des pays voisins qui font que, malgré les opinions controversées, l'histoire apprend aux citoyens à être compatissants avec les étrangers et les immigrants.

Votre famille vient-elle avec vous lors de vos voyages?
Oui. Ma femme était déjà là la dernière fois que j'ai joué. Elle était à côté de la scène quand une femme totalement ivre a débarqué pour danser avec moi en pleine chanson. Ma femme est venue me secourir et l'a gentiment fait descendre de scène. Si ça devait se reproduire, elle est prête à intervenir!