Valérie Lemercier

10 décembre 2012 15:30; Act: 10.12.2012 15:53 Print

«J’ai bu mon premier verre d’alcool à 30 ans»

par Ludovic Jaccard - Valérie Lemercier a l’impression d’avoir raté sa jeunesse. Ce n'est qu'aujourd’hui qu'elle peut enfin la vivre.

storybild

Même seule, l'artiste de 48 ans ne s'ennuie jamais dans la vie. (photo: AFP/Tiziana Fabi)

Une faute?

«Je suis allée pour la première fois en boîte et j’ai bu mon premier verre d’alcool à 30 ans, a confié l’actrice dans «Marie Claire». Avant j’avais une vie très rangée. Je n’ai pas eu de jeunesse. Je suis restée avec le même garçon de 18 à 29 ans.»

Fille d’agriculteurs, Valérie Lemercier a été élevée dans un environnement à la fois strict et bourgeois, en Normandie. «Mais je me suis réveillée après. J’ai l’impression d’avoir été très vieille très jeune. Maintenant, je suis très jeune très vieille», ironise la Française de 48 ans.

Discrète sur sa vie privée, Valérie avoue qu’elle ne pourrait jamais s’amouracher d’un acteur. «Je les adore comme copains, mais c’est un métier très féminin qui ne me renvoie pas une image virile. Le maquillage, le narcissisme que cela entraîne... Pour moi ce n'est pas possible d'aimer un acteur.»

Célibataire, elle ne craint pas de vivre seule. «L’ennui, c’est un sentiment que je ne connais pas. Et si je recherche la solitude, c’est parce que je n’en ai pas assez»,dit-elle. Du coup, pour avoir la paix, elle a un truc infaillible: «Je fais croire que je pars pour une destination inconnue, alors que je suis chez moi ou dans «ma maison de campagne» à Paris.»

Devenir maman? Très peu pour elle

Quant aux enfants, Valérie n’en souhaite pas. «Je me dis qu’on ne peut pas tout avoir, vouloir tout. J’estime que j’ai beaucoup de chance.»

Et quand le magazine «Têtu» lui demande ce qu'elle pense de l'adoption par les couples gays, Valérie y est complètement favorable. «Je remarque que ça se passe bien, mais moi perso, je ne pourrais pas adopter d'enfants. Mais je suis tout à fait pour l'homoparentalité. Si ma maman avait été un garçon, elle aurait peut-être été plus gentille avec moi...»