Bastian Baker

13 septembre 2017 09:57; Act: 14.09.2017 08:08 Print

«Il y a eu des moments très forts en émotion»

par Ludovic Jaccard - De retour de sa mission avec Terre des hommes en Colombie, Bastian Baker se souviendra longtemps des enfants qu'il a rencontrés dans des villages pauvres.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Je repars de Colombie en ayant l'impression d'avoir fait du bon boulot.» Ambassadeur de Terre des hommes (Tdh), Bastian Baker est ravi de sa mission humanitaire d'une semaine et demie qu'il vient de terminer. Il faut dire que le chanteur romand s'est réellement impliqué. «On a commencé le voyage à Monteria, raconte-t-il. On a pu voir le travail de Tdh dans des villages très pauvres, comme l'installation de filtres à eau et la mise en place de sanitaires. Ce sont des choses toutes simples mais qui changent la vie de ces gens qui n'ont rien.»

Le Vaudois de 26 ans s'est ensuite rendu dans la capitale, à Bogota, où l'association travaille pour mettre en place un programme de justice juvénile restauratrice, en accord avec les droits de l'enfant. Bastian a ainsi visité un centre de détention pour jeunes femmes mineures. Il est aussi allé dans un collège ou de nombreux enfants l'attendaient. «C'était vraiment chouette! J'ai pu donner un concert devant 1000 gamins en folie!» se souvient l'artiste.

Une belle leçon d'humanité

Avec le recul, Bastian a trouvé ce voyage très instructif. «Il y a eu des moments très forts en émotion. C'est une belle leçon d'humanité. Avec l’équipe, on s'est tous vraiment sentis utiles, dit-il. C'est important pour moi de sortir du confort de mes tournées, de mes voyages. On réalise que tout le monde n'a pas la chance d'avoir la vie qu'on a en Suisse.»

Bouleversé par ce qu'il a vu dans ce pays «qui traverse une étape cruciale de son histoire», Bastian vient de lancer une campagne de dons, dans le but d'améliorer le quotidien de ces petits Colombiens. Il fait donc appel à la générosité des gens sur le site de Tdh pour réunir 20'000 francs, en l'espace de deux semaines.


Regardez le témoignage en vidéo de Bastian Baker: