Aide à l'Afrique

04 juillet 2009 12:46; Act: 04.07.2009 12:50 Print

Berlusconi se fait remonter les bretelles par Geldof

Le chanteur de rock et militant Bob Geldof accuse l'Italie, hôte la semaine prochaine du sommet du G8 à L'Aquila, de ne pas avoir tenu ses promesses d'aide à l'Afrique, dans un éditorial publié samedi par La Stampa.

Une faute?

«La crédibilité» du chef du gouvernement Silvio Berlusconi «est en jeu», écrit Bob Geldof, affirmant que malgré l'engagement pris par le G8 à Gleneagles en 2005 en faveur de l'Afrique, l'Italie n'a pour l'instant rempli ses obligations qu'à hauteur de 3%.

«Trois pour cent de ce qu'il s'était engagé à donner, trois pour cent de la parole donnée», souligne-t-il.
«Le leadership a un prix (...) Le chef du gouvernement italien est crédible, "Monsieur trois pour cent" non. Qui peut croire à la crédibilité d'un homme qui réalise seulement trois pour cent de ce qu'il a promis?», lance Bob Geldof.

Lors du sommet de Gleneagles (Ecosse), le G8 s'était engagé à augmenter de plus de 26 milliards de dollars son aide à l'Afrique d'ici 2010.
Après plusieurs révisions à la baisse, le chiffre a été ramené à 21,8 milliards.

«Il ne sert à rien de dire que les temps sont difficiles. C'est la cas pour tout le monde», ajoute le chanteur, estimant que l'une des raisons de «l'écroulement de notre système économique a été l'exclusion de la moitié de la planète».

(afp)