The SugaZz

29 juin 2017 18:44; Act: 29.06.2017 18:44 Print

L'après «The Voice» se gère avec bonne humeur

par Fabien Eckert - The SugaZz a été éliminé de l'émission de TF1 fin mai 2017. Un mois plus tard, le trio revient sur cette expérience.

Sur ce sujet
Une faute?

Les Lausannoises ont la pêche et le sourire facile. Leur sortie du télécrochet n'a pas entamé leur moral. Héléni (27 ans), Natacha (27 ans) et Betty (28 ans) ont toutefois vu leur popularité exploser. Elles en parlent à la cool avant de jouer sur la radio LFM ce matin.

Que retenez-vous de cette expérience télévisuelle?
Betty: On a vécu un truc vraiment magnifique.
Natacha: J'étais la plus réticente à faire «The Voice». Aujourd'hui, je peux dire que le bilan est à 100% positif.

Comment ça se passe dans la rue avec votre notoriété?
Hélèni: Juste avant cette interview, une petite fille m'a arrêtée pour me demander un selfie. Ça arrive très souvent. Surtout quand on est les trois ensemble.
Betty: Parfois, j'arrive à me défiler. On ne me reconnaît pas trop. Reste qu'on n'est pas toujours au top au moment du selfie, mais on ne dira jamais «non». Il faut simplement s'y habituer.

Et on y parvient?
Natacha: Oui. C'est juste surprenant. Comme quand on vient vers nous quand on est devant le rayon légumes en train de faire nos courses.

Avez-vous ressenti du blues après votre élimination?
Natacha: Clairement! Imaginez le contexte: on avait des stylistes, des coiffeuses, des maquilleuses, on tutoyait Nikos (ndlr: le présentateur) et Mika (ndlr: leur coach). Le lendemain, tu reviens à Lausanne et tu vas à la Migros. C'est une sacrée descente (elle rit). Je pense que ça doit être pareil pour tous les candidats.
Hélèni: Et ça me manque de ne plus partager une chambre comme on le faisait à Paris.

Comment rester sur le devant de la scène?
Betty: En étant actives sur les réseaux sociaux. Pas facile. On n'est pas accros à ça et on n'a pas forcément les réflexes. Après, je ne sais pas s'il y a une recette.
Natacha: Il faut faire aussi beaucoup de networking. C'est en rencontrant des gens qu'on pourra décrocher des dates.

L'avenir pour vous dans l’immédiat, c'est quoi?
Betty: On aimerait sortir un album. Mais on va commencer gentiment. L'industrie musicale a changé. Plus personne ne signe pour un disque complet sans avoir entendu déjà un titre. Du coup. il faut déjà publier un single.
Hélèni: Ensuite, on aimerait bien réaliser une tournée «The SugaZz.

Avez-vous pensé au financement participatif, comme l'a fait Paul Plexi, gagnant de «Nouvelle Star» en 2016?
Betty: Le concept est génial, mais on n'a pas une philosophie de vie qui va dans ce sens. Si les choses doivent arriver, elles arrivent. On ne se sent pas de tirer les gens pour qu'ils donnent une petite pièce de leur porte-monnaie.
Natacha: On préfère investir notre énergie dans notre musique.