Harcèlement sexuel

09 février 2018 01:50; Act: 09.02.2018 07:46 Print

Kate Upton accuse un fondateur de Guess

La mannequin Kate Upton accuse Paul Marciano de lui avoir attrapé les seins «de force» lors d'une séance photo.

storybild

Kate Upton avant un défilé à New York en septembre 2017. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le top-model Kate Upton a détaillé ses accusations de harcèlement et de comportement sexuellement abusif contre le co-fondateur de la marque Guess Paul Marciano dans un entretien au magazine Time, après un premier tweet fin janvier. Des porte-parole de la marque n'ont pas répondu aux sollicitations l'AFP.

L'homme d'affaires franco-américain, né au Maroc, a déclaré à Time que ces accusations étaient «absolument fausses» et «absurdes» et qu'il ne l'avait «jamais touchée de façon inadéquate».

Kate Upton affirme qu'après sa première journée de photos avec Guess le 25 juillet 2010, M. Marciano --qui a fondé en 1981 les jeans Guess avec ses trois frères-- avait demandé à la voir et lui avait attrapé les seins «de force». Quand elle l'a repoussé, il s'est justifié: «Je veux voir s'ils sont vrais», raconte-t-elle.

Malgré ses efforts pour éviter tout contact physique, «il a continué à me toucher de façon dominatrice et agressive, attrapant mes cuisses, mes bras pour me tirer vers lui, mon cou, ma poitrine, à me sentir», détaille la mannequin connue notamment pour avoir posé en maillot de bain en couverture de Sports Illustrated.

Choquée et effrayée

«A un moment, il a attrapé de force l'arrière de ma tête pour que je ne puisse plus bouger et a commencé à embrasser mon visage et mon cou» jusqu'à ce qu'elle parvienne à se dégager, poursuit-elle, disant avoir été choquée et effrayée.

Celle qui vient d'épouser la star de baseball Justin Verlander dit qu'avant une autre séance de photos, il l'avait harcelée de coups de fil pour monter dans sa chambre d'hôtel et qu'elle avait refusé, «terrifiée». Le lendemain, «j'ai appris que j'étais renvoyée de la séance photo». «Quelqu'un avait appelé mon agence en disant que j'étais devenue grosse (...). J'étais dévastée».

Lorsqu'elle a de nouveau été sélectionnée pour des campagnes publicitaires Guess, elle n'a pas osé couper court aux SMS de Paul Marciano de plus en plus pressants, de peur d'être à nouveau renvoyée. Toute cette expérience a «miné ma confiance en moi. Je voulais quitter le mannequinat. Je m'en voulais», insiste encore Kate Upton.

Le monde de la mode comme celui du cinéma est en pleine introspection depuis l'affaire Harvey Weinstein, producteur accusé de harcèlement ou d'agressions sexuelles par plus de 100 femmes. Des photographes vedette comme Mario Testino, Terry Richardson et Bruce Weber ont vu leur réputation ternie par de nombreuses accusations similaires.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Darme le 09.02.2018 09:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    7ans

    7ans après. Fallait te réveiller avant. La cest du grand nimporte quoi.

  • tu réussis le 09.02.2018 09:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu couches

    y en a mare de vos articles sur ce sujet ! on a toujours su que pour réussir il faut coucher. Maintenant qu'elles ont la notoriété elle s'en plaignent.?

  • Akilam le 09.02.2018 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui dans ce milieu là cest aussi la pratique

    Il ne faut pas se faire dillusions, on sait bien que dans ces milieux là malheureusement on subit attouchements voir plus pour que notre carrière avance! Donc arrêtons de nous voiler la face, comme nous le faisons avec les mannequins anorexiques! Cest comme ça et ça le restera encore longtemps tant que toutes ces femmes ne pourront pas le dénoncer en toute sécurité! Et surtout tant que les mentalités ne changeront pas!

Les derniers commentaires

  • Pierre Roche le 12.02.2018 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    mouais

    7 ans après.. No comment. Et cela ne l'a manifestement pas empêché de continuer à faire de son corps et de ses courbes son fond de commerce...

  • ruedu le 09.02.2018 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une de plus...

    une de plus qui vient avec une vieille?? histoire... Et quand il y avait du fric ou rôle en jeu, pas de soucis???

  • Rummels le 09.02.2018 18:12 Report dénoncer ce commentaire

    Mon hamster aussi a porté plainte......

    accusations....accusations.....accusations...à ce rythme là, les journaux n'auront plus besoin d'écrire quoi que ce soit d'autre pour vivre ou survivre. Moralité: serait-il possible de trouver un journal intelligent ne relatant que les cas étant au stade du tribunal et non au stade de l'accusation?

  • retep le 09.02.2018 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    On a l'impression...

    ... que les femmes du showbiz le prennent maintenant pour chic de pouvoir accuser quelqu'un. Comme cela elle réussissent de figurer de nouveau une fois dans les médias. Cependant c'est pénible de voir des accusations remontant des années et que à l'époque on ne se manifestait pas. Où est alors la preuve. Quel est le moyen de défense pour l'accusé? Ce qui est grave est que la condamnation (morale, tout aussi dure que la juridique) est faite dès la parution dans les médias. Et ceux-ci ne se retiennent pas d'en faire part.

  • Alain le 09.02.2018 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La solution

    Jai la solution pour savoir si tout ça est vrai!!! Quelle rembourse tous largent quelles ont gagné injustement (car pas correct de se laisser faire voir refaire, coucher etc... cest un injuste envers celles qui ne se laissent pas faire) à la place dune autre...Il ny a pas déquité ni dégalité (que les femmes mettent toujours en avant mais entre elles pas besoin). Donc si cest vrai elles doivent rendre largent on verra combien nannoncent comme victime...(ou plutôt complice)

    • Aline le 09.02.2018 17:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Alain

      Quel ramassis de conneries!!!!! Hallucinant!!!! Euh....tu viens d'où?