Scandale

17 mai 2018 11:26; Act: 17.05.2018 12:15 Print

Tex: «C'est une chiennasse avec ses grosses loches»

par Trinidad Barleycorn - Des enregistrements gênants de l'animateur licencié des «Z'Amours» ont été produits lors de la confrontation aux prud'hommes.

storybild

Tex, alias Jean-Christophe Le Texier (ici en 2017) comparaissait aux Prud'hommes le 16 mai 2018 suite à son renvoi des «Z'Amours» en décembre 2017. (Photo: Patrice Falour/Starface)

Sur ce sujet
Une faute?

Sa blague sur C8 sur les violences conjugales lui avait coûté sa place aux «Z'Amours» en décembre 2017, après 17 ans passés à la présentation du jeu. Une décision que Tex conteste aux prud'hommes où il réclame 1,2 million à Sony Pictures, société productrice de l'émission de France 2 mettant en scène des couples. Mais lors de l'audience du 16 mai 2018, la défense a déclaré être en possession d'enregistrements de l'animateur de 58 ans qui justifient son renvoi, comme le révèle «Le Parisien».

L'avocate de la société en a décrit le contenu en attendant de savoir si les prises de vues de ses dernières émissions, tournées juste après le scandale et jamais diffusées, étaient recevables dans le cadre de cette procédure. On y entendrait l'ex-présentateur assurer qu'il avait fait cette blague sur les femmes tabassées par leur conjoint exprès: «Je l'ai fait pour le buzz. De toute façon, je savais ce que je faisais. C'était pour faire parler de moi».

«Je ne t'ai pas encore baisée?»

Ce n'est pas tout: Tex, Jean-Christophe Le Texier de son vrai nom, aurait encore été enregistré alors qu'il insultait hors plateau l'une des candidates du jeu: «C'est une chiennasse avec ses grosses loches.»Et l'avocate de Sony Pictures de rappeler: «Que dit le CSA, que dit le droit? Vous ne pouvez pas traiter quelqu'un comme un animal. C'est inacceptable de traiter une femme de chiennasse.»

La femme de loi ajoute que Tex a encore été surpris en train de dire à une collègue en coulisses: «Ah, je t'ai pas encore baisée? Parce que tu sais, je les prends par devant, par derrière, sur le côté». Ce qui, a souligné l'avocate, constitue une faute grave.

«C'est juste une blague»

Pour la défense de l'animateur, son conseil Me Jérémie Assous (qui représente également Eddy G., le candidat de «Koh-Lanta» accusé d'agression sexuelle) avait déclaré en préambule au sujet de la blague sexiste qui lui a valu son licenciement que cette histoire existait depuis 70 ans et figurait sur le DVD de Tex, rapporte «Le Parisien». Il estime qu'elle relève de la liberté d'expression: «C'est juste une blague, ce n'est pas Tex qui donne son opinion. Sinon, on aurait aussi pu dire que Desproges était le pire antisémite et que Gad Elmaleh déteste les musulmans.»

Alors que le verdict sera rendu le 27 juillet 2018, Tex s'est confié au journal, à l'issue de l'audience, estimant avoir été piégé avec les enregistrements: «C'est dégueulasse. Ces méthodes sont déloyales. C'est de l'espionnage. On voudrait détruire ma réputation, on ne ferait pas mieux. Vous êtes là à vous faire insulter, et vous ne pouvez même pas répondre.»

(nxp)