Fabian, «Koh-Lanta»

06 novembre 2017 19:44; Act: 07.11.2017 09:39 Print

«Je consacre plus de temps à mes enfants»

Eliminé de «Koh-Lanta», Fabian est revenu changé des Fidji et pas seulement parce qu'il a perdu 12,5 kilos pendant l'aventure.

storybild

Fabian fait partie du jury final de l'émission. (Photo: Philippe le Roux)

Sur ce sujet
Une faute?

Adepte de la stratégie dans le jeu d'aventures de TF1, le Suisse n'a pas vu venir le coup monté par les jeunes, Magalie, Tiffany et André dans l'émission du 3 novembre 2017. Persuadé qu'il allait réussir à éliminer Magalie, Fabian s'est retrouvé le bec dans l'eau quand la jeune femme a sorti son collier d'immunité. Il a dû quitter «Koh-Lanta» après plus de 30 jours de survie.

Vous vous attendiez à votre élimination?
Non, pas du tout. C'était un joli coup de poker. J'avais été averti par Sandrine et Mélanie que des personnes allaient voter contre moi, mais je n'étais pas forcément au courant de ce qui pouvait se passer.

Qu'avez-vous ressenti quand vous avez compris que ça allait tourner en votre défaveur?
J'ai d'abord été surpris de voir Magalie sortir un collier d'immunité. Je suis joueur et j'ai été éliminé sur une phase de jeu magnifique, ce qui était fort. C'était important pour moi de sortir la tête haute.

Vous avez aimé établir des stratégies pendant l'aventure?
Aimer, pas forcément, mais je pense que c'est inévitable dans un jeu comme «Koh-Lanta». Ca reste un jeu pour moi et non la vie réelle.

Pensez-vous que vos stratégies vous ont desservi?
Non, je ne pense pas. Sans ces stratégies, je ne serai pas arrivé jusqu'à la phase du jeu à laquelle je suis arrivé, à mon avis. Après, on peut faire des «si» à n’en plus finir. Ca fait partie intégrante du jeu. Tout le monde est stratège et chacun utilise la stratégie à sa manière.

Qui voyez-vous gagner «Koh-Lanta»?
Dans mes souhaits ultimes, je verrais bien Maxime, par entente et parce que je le soutenais dans l'aventure. Les personnes avec lesquelles j'avais beaucoup d'affinités, c'est Sandrine, Mélanie et Maxime.

Vous avez perdu du poids pendant l'aventure?
Ca se voit à l'écran, j'ai perdu 12,5 kilos. Je m'étais préparé en buvant de l'huile d'olive et en mangeant des plaques de beurre.

Vous avez l'impression que «Koh-Lanta» vous a changé?
Bien sûr. Du côté émotionnel. Je consacre plus de temps à mes enfants depuis mon retour.

Que retenez-vous de votre participation?
Déjà qu'au niveau physique, les épreuves sont très difficiles. J'ai eu la chance de participer à «Koh-Lanta» parmi 25'000 postulants. Je suis heureux de l'avoir fait. Ce qui ressort, c'est une énorme visibilité et la possibilité de changer complètement d'orientation professionnelle. J'ouvre mon entreprise de team-building dans la région d'Yverdon. Tout est en place. Je suis bientôt au point pour lancer la première vague. J'ai déjà des réservations d'entreprises et d'écoles pour l'année prochaine et je suis en discussion avec des fondations pour travailler avec des jeunes en difficulté sociale.

Vous capitalisez sur la notoriété acquise grâce à l'émission?
Oui. Si vous avez une entreprise, que vous voulez faire du team-building et que je débarque chez vous demain avec mon visage tatoué, vous me dites «c'est quoi ce rigolo?». Il faut dire ce qui est. C'est ce qui s'est passé il y a quelques années, parce que je voulais déjà faire ce genre de choses. On me riait au nez. Aujourd'hui, j'ai une certaine notoriété, une visibilité et les gens tout à coup veulent se rapprocher de moi. C'est un avantage certain et je serais bête de ne pas l'utiliser.

Le regard des gens a changé sur vous dans le Nord vaudois, où vous vivez?
Ah oui. J'étais ce matin à Yverdon et j'ai dû faire une dizaine de selfies. Les gens qui ne s'approchaient pas de moi ou qui changeaient de trottoir quand ils me voyaient sont devenus mes potes.


(jfa/fec)