Wiesel et Bersinger

07 décembre 2017 07:14; Act: 07.12.2017 07:54 Print

«La télévision ça légitime et ça donne plus de poids»

par Julienne Farine - Dès la fin février 2018, Thomas Wiesel et Blaise Bersinger animeront un nouveau rendez-vous intitulé «Mauvaise langue».

storybild

Thomas Wiesel (à g.) et Blaise Bersinger arriveront sur RTS Un le 24 février 2018. (Photo: RTS/Laurent Bleuze)

Sur ce sujet
Une faute?

Forcément, quand la RTS annonce une émission présentée par deux humoristes qui traiteront de l'actualité, difficile de ne pas songer à un successeur de «26 minutes», qui fait une pause dès la fin de l'année 2017. Et pourtant, «Mauvaise langue» n'a pas pour but de remplacer les deux Vincent dans le cœur des Romands.

D'abord parce qu'elle sera diffusée en deuxième partie de soirée, ensuite parce qu'il n’y aura pas d'invités, enfin, parce qu'elle se veut très réactive. «Ce qu'on aimerait, c'est que quand il se passe un truc, les gens se demandent comment «Mauvaise langue» va en parler», explique Thomas Wiesel. Le Vaudois de 28 ans a commencé à réfléchir à cette émission, qu'il voit comme une sorte de late-show, il y a un an et il a rapidement proposé à Blaise Bersinger de l'accompagner dans l'aventure.

A l'heure où les séquences humoristiques de la RTS se consomment principalement sur le web, les deux Romands ont préféré miser sur le petit écran. «La télévision, ça légitime et ça donne plus de poids, même si les gens la consomment sur Facebook ou YouTube. On a encore ce réflexe de dire «c'est passé à la télé, donc c'est plus important que le mec qui est dans sa chambre avec sa caméra», indique Thomas Wiesel.

Pour avoir du temps à consacrer à son bébé, Wiesel a décidé d'alléger son emploi du temps. Il arrêtera ses chroniques dans «La bande originale» sur France Inter et dans «Les beaux parleurs» sur La Première et ne fera qu'un minimum de spectacles. «J'ai envie de faire ça bien», dit-il. Son acolyte n'y a pas encore pensé. «Je suis dans la merde, rigole-t-il. Il va falloir que je réduise mes activités, mais je ne sais pas comment.»

Ecoutez une chronique de chacun des humoristes: