Trio lausannois à «The Voice»

31 mars 2017 07:00; Act: 31.03.2017 07:00 Print

«C’est l’expérience la plus terrifiante jamais vécue»

par Mathilde Jarry - Trois Lausannoises, The SugaZz, ont tenté leur chance dans «The Voice». Bien leur en a pris: leur prestation et leur énergie ont tout de suite séduit les coaches.

La prestation d'Hélèni, 27 ans, Betty, 28 ans et Natacha, 27 ans.
Sur ce sujet
Une faute?

Samedi 1er avril 2017, avec The SugaZz, les téléspectateurs du télécrochet vont assister à un joli moment. TF1 mise d'ailleurs beaucoup sur ce trio féminin: la chaîne a réalisé une bande-annonce uniquement avec elles. De quoi surprendre, mais surtout ravir Hélèni, Betty et Natacha, qui chantent ensemble depuis quinze ans.

Comment avez-vous atterri dans «The Voice»?
Vraiment par hasard! C'est Stacey King, une ex-candidate, qui nous a proposé de passer un casting, sans nous dire pour quoi c’était. Le jour même, on a presque oublié! On a répété dans la voiture. On a passé une seconde audition le lendemain, et on a appris plus tard qu'on était prises pour «The Voice».

Faire l'émission à trois, ce n'est pas risqué?
Non, pas vraiment, puis­qu'on a déjà vu des groupes dans le télécrochet. On voulait montrer qu'on avait notre place. Et puis c'était nous trois ou aucune!

Est-ce un avantage ou un inconvénient d'être trois?
On stresse trois fois plus, mais on se rassure aussi trois fois plus. Par contre, on n'a pas le droit de se louper. Si l'une de nous n'est pas en forme, ça plombe toute la prestation. C'est un challenge supplémentaire.

Avant même la diffusion de votre audition, TF1 mise beaucoup sur vous...
Samedi dernier, quand on a vu la bande-annonce avec notre tête à la télé, on n'en est pas revenues! Ça nous a un peu fait mal au ventre (rires). Mais c'est très excitant, et finalement ça nous a fait plus plaisir que peur.

La bande-annonce:

Juste avant de chanter, vous aviez l'air très relax!
On a juste très bien fait semblant! On n'avait jamais été aussi stressées. En termes de scène, c'est l'expérience la plus terrifiante qu'on ait jamais vécue. Il n'y a pas un bruit, les sièges sont retournés, c'est affreux.

Comment aviez-vous choisi le morceau que vous avez chanté, «American Boy»?
C'est un titre qu'on a l'habitude de chanter. C'est un mélange entre le chant et le rap, ça nous correspondait vraiment et on voulait être fidèle à nous-mêmes. Et ce même si à un moment, on s'est dit que dans ce titre, il n'y avait pas d'instant «wouah» qui pourrait pousser les coaches à se retourner.

Vous étiez-vous mises d'accord en amont sur un coach, Mika, Florent Pagny, M. Pokora ou Zazie?
Non, on n'avait rien prévu. On savait qu'au moment venu, un regard entre nous suffirait pour savoir qui choisir. Il y a toujours eu ce feeling qui fait que nous sommes sur la même longueur d'onde.

Avez-vous demandé des conseils à d'anciens candidats suisses de «The Voice» pour faire cette aventure?
Oui, notamment à Amandine. Elle nous a notamment dit d'être attentives au choix des chansons et nous a donné quelques tuyaux pour gérer l'après «The Voice»: comment rester sur le devant de la scène, ou comment bien s'entourer.

Avez-vous fait «The Voice» dans l'optique de gagner?
Au début, le but était juste de donner le meilleur de nous-mêmes. Mais une fois qu'on entre dans la compétition, c'est vrai qu'on a envie d'aller à l'étape suivante. Notre objectif, c'est la 3e étape, l'épreuve ultime.

«The Voice» est diffusé ce samedi 1er avril dès 20h55 sur TF1.