«Koh-Lanta»

31 août 2017 12:00; Act: 31.08.2017 12:53 Print

Deux Suisses se lancent dans l'aventure

par Julienne Farine - Mélanie et Fabian représenteront notre pays dans la 18e saison de «Koh-Lanta» qui commence le 1er septembre 2017.

storybild

Mélanie et Fabian seront dans l'équipe rouge. (Photo: Philippe Le roux/ALP/TF1)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la première fois depuis que TF1 a lancé «Koh-Lanta», il y aura deux candidats suisses dans l'émission: Fabian, 47 ans, et Mélanie, 34 ans. Dès le vendredi 1er septembre 2017, à 21h, sur TF1, les téléspectateurs découvriront leurs premiers pas aux Fidji.

Cela faisait longtemps que vous vouliez participer à «Koh-Lanta»?
Fabian: Avec ma femme, nous sommes de grands fans de l'émission, c'est elle qui m'a inscrit, sans que je le sache. J'ai été surpris d'apprendre que j'étais pris.

Mélanie: J'ai toujours regardé «Koh-Lanta» avec mes enfants. Ils me disaient toujours «Mais pourquoi tu le fais pas?» Je me suis inscrite sans rien leur dire et ça a marché! Au début, je n'y croyais pas, puis j'étais toute excitée et ravie.

Qu'est-ce qui vous plaît dans cette émission?
Fabian: Plein de choses: rencontrer des gens qu'on ne connaît pas dans un contexte différent de la vie de tous les jours, se confronter à leur regard, à ce qu'ils pensent de moi. Serons-nous compatibles? Je suis assez joueur également.

Mélanie: J'ai toujours aimé les épreuves physiques, je faisais pas mal de sport quand j'étais plus jeune. Le côté humain aussi me plaît. J'ai envie de me tester, de me confronter aux autres pour voir comment je réagis loin de mes proches et si j'arrive à être moi-même.

Comment vous-êtes vous préparé?
Fabian: Je ne me suis pas préparé. Je suis quelqu'un de très réactif. Je réagis en fonction de ce qui se passe. J'ai quand même mangé du gras, je me suis gavé avant l'abstinence (il rit).

Mélanie: Pour être honnête, je suis un peu tout le temps à l'arrache. Je ne me suis pas dit que j'allais m'entraîner. L'expression «à la fraîche» me représente bien. Je préférais tout découvrir sur le moment.

Que craigniez-vous le plus avant de partir?
Fabian: Pas grand-chose, c'est dans mon caractère. La peur arrivera peut-être quand je serai confronté à certaines situations.

Mélanie: Ma plus grosse crainte était de rencontrer les autres aventuriers et de voir comment ça allait se passer entre nous.

Qu'est-ce qui fait de vous un potentiel gagnant?
Fabian: Peut-être le fait que je ne me prends pas la tête et que je me laisse porter. Je ne me suis pas dit «il faut que j'aille sur les poteaux». Je me suis laissé surprendre.

Mélanie: Au niveau relationnel, je m'entends bien avec tout le monde, je sais écouter et me mettre en retrait. Au niveau physique, je suis rapide et habile, j'ai des cartes à jouer.

Qu'est-ce qui pourrait faire que les autres candidats vous éliminent?
Fabian: La fermeture d'esprit des autres aventuriers. Il est hyperimportant qu'on puisse voir qui je suis à mon premier regard et qu'on ne s'arrête pas au tatouage sur mon visage.

Mélanie: Si je suis trop forte. Je ne fais pas peur comme ça, mais je suis à l'aise dans tous les domaines, je pourrais être un danger.

Si vous gagnez les 100 000 euros, qu'allez-vous en faire?
Fabian: J'ai un projet de société de team building et d'accompagnement de la personne en période de crise. Cet argent serait un plus incroyable pour m'aider à la développer.

Mélanie: Je mettrai de l'argent sur le compte de mes enfants et j'achèterai un bus VW pour faire du camping. Et s'il en reste un peu, on fera un voyage dans un endroit que les enfants choisiront.

En trois mots, comment vous décrivez-vous?
Fabian: Fidélité, communicatif, «rien que je ne peux»

Mélanie: Rigolote, simple, empathique