NT1

01 février 2017 11:39; Act: 01.02.2017 13:14 Print

Les préconisations du CSA pour «Super Nanny»

Le CSA ne critique pas le programme, pointé du doigt par des téléspectateurs. Il se questionne néanmoins sur l'impact du tournage et de la diffusion de l'émission sur les enfants.

storybild

Sylvie Jenaly vient en aide à des familles débordées depuis 2010. (Photo: Julien Cauvin)

Sur ce sujet
Une faute?

Elle devrait être soulagée! Sylvie Jenaly, qui officie en tant que Super Nanny, n'est pas épinglée par le CSA. Le conseil avait reçu en fin d'année 2016 plus de 60 plaintes de la part de téléspectateurs mécontents du comportement de l'experte en éducation. Une pétition avait même récolté plus de 2000 signatures pour dénoncer les violences que Super Nanny faisait subir aux enfants des familles auxquelles elle venait en aide.

Après examen du dossier, le CSA ne critique pas les méthodes employées par Sylvie Jenaly. Le gendarme des médias préfère donner des conseils aux diffuseurs pour que les images montrées n'aient pas un impact négatif sur les participants ou les téléspectateurs. Les éditeurs sont ainsi «invités à redemander l'accord des participants avant une éventuelle rediffusion de l'émission», est-il précisé dans un communiqué. Ils devraient également se montrer «vigilants vis-à-vis de scènes susceptibles de gêner l'enfant et veiller à ce que son comportement ne soit pas présenté comme l'unique source de difficulté de la famille». Les gamins ne devraient donc pas être réduits à leur comportement problématique. Finalement, les éditeurs devraient réfléchir à «l'impact que l'émission pourrait avoir sur les familles téléspectatrices et les sensibiliser à l'existence de différentes manières d'aborder le processus éducatif».

Un extrait de «Super Nanny»:

(and)