JO 2018

13 février 2018 15:17; Act: 13.02.2018 15:32 Print

Hockey: sans NHL, la fête sera moins belle

Faute d'accord avec la Ligue nationale, les meilleurs joueurs du monde seront absents des JO de Pyeongchang. Une chance pour la Suisse?

Sur ce sujet
Une faute?

Le tournoi de hockey sur glace masculin débute le mercredi 14 février. Un tournoi sans la NHL, dans lequel la Suisse entre en lice le jeudi 15 février avec un match contre le Canada à 13h10 heure suisse.

Sans NHL, la fête est forcément moins belle. Privé des meilleurs joueurs du monde, le tournoi olympique va donner l'occasion à d'autres nations de tirer leur épingle du jeu et à certains de goûter à un rêve auquel ils pensaient ne jamais avoir droit. Les amateurs salivaient déjà à l'idée de voir une ligne composée de Sidney Crosby et de Connor McDavid. Les deux meilleurs joueurs du monde côte à côte, le maître et son élève, le présent et le futur. Mais au lieu des numéros 87 et 97, le Canada proposera une équipe de joueurs évoluant en Europe dont cinq en suisse: Maxim Noreau, Mason Raymond, Andrew Ebbett, Linden Vey et Maxim Lapierre. Comme les Etats-Unis, la Finlande, la Suède, la République tchèque et celle des athlètes olympiques de Russie.

Pour la Suisse, la concurrence sera moins élevée, mais le coach Patrick Fischer doit lui aussi se passer des stars nord-américaines. Et au vu des dernières semaines en NHL, les présences de Josi, Fiala, Niederreiter, Meier, Bärtschi, Hischier ou Malgin n'auraient pas péjoré l'équipe. Après une défaite 2-1 ap à Kloten face à l'Allemagne, la sélection nationale a enchaîné par une victoire 4-2 à Goyang en Corée du sud face à la Norvège.

La Suisse aborde ce tournoi en santé et c'est l'essentiel si l'on en croit Patrick Fischer: «Nous sommes très, très contents que personne ne se soit blessé ou soit tombé malade durant la préparation.»

Comme à Turin en 2006?

A l'instar de l'équipe féminine, les messieurs ont rejoint le site olympique un peu plus tard histoire de ne pas être distrait par l'environnement. «Il était important pour moi que les deux équipes n'aillent pas directement au village olympique, histoire de pouvoir se préparer dans le calme», a expliqué le directeur des équipes nationales Raeto Raffainer.

Le Canada se pose en premier adversaire de la Suisse. Suivront la Corée du sud et la République tchèque. Défaite par les Nord-Américains 3-2 lors de la Karjala Cup et 3-0 en finale de la Coupe Spengler, la Suisse sait qu'elle trouvera à qui parler. Les joueurs à la feuille d'érable se transcendent lorsqu'ils revêtent le chandail national et gageons qu'ils vont profiter de cette unique opportunité pour faire honneur au double tenant du titre. «Si nous parvenons à jouer sur notre potentiel, nous avons une bonne chance de les battre», avance Patrick Fischer. La recette du succès se veut simple: un gardien au-dessus de la moyenne, une bonne défense et profiter des situations spéciales. Si ces trois conditions sont réunies, la Suisse peut se payer le Canada. Comme à Turin en 2006.

(nxp/ats)