Lecteur ReporterLecteur reporter

Vous êtes témoin d'un phénomène naturel hors du commun, d'une scène cocasse du quotidien, vous croisez une célébrité, envoyez-nous vos photos ou vidéos. Vous pouvez gagner jusqu'à 100 CHF.

Devenez lecteur reporter!

Yverdon (VD)

23 mars 2012 12:41; Act: 24.03.2012 01:42 Print

Journée portes ouvertes à la gendarmerie

Un homme de 28 ans a foncé à deux reprises sur la porte d'un poste de gendarmerie à Yverdon vendredi, jour des portes ouvertes à la haute école voisine. Aucun blessé n'est à déplorer.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

La Haute Ecole d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) tenait vendredi une journée portes ouvertes. Le poste de gendarmerie de Saint-Roch, dont le bâtiment est jumelé avec l'école, également.Un homme de 28 ans a en effet foncé à deux reprises la porte du ministère public d'arrondissement. Il venait de passer la nuit à l'hôpital psychiatrique pour avoir menacé et frappé un fonctionnaire de l'Office des poursuites.

«La voiture a pris un sens interdit en roulant à environ 50 km/h, raconte un témoin. L'homme qui la conduisait a volontairement enfoncé la porte du poste de police une première fois, puis il a enclenché la marche arrière pour foncer dedans à une deuxième reprise.»

Il s'allume une cigarette et rentre à l'hôpital psychiatrique

Cet étudiant signale qu'après son méfait, le conducteur de la voiture folle est sorti du véhicule, «s'est allumé une cigarette et est rentré à l'hôpital psychiatrique voisin». Elève de la HEIG-VD, il s'amuse de la situation: «C'était aussi journée portes ouvertes à la gendarmerie.»

La police cantonale vaudoise confirme l'incident, qui n'a fait aucun blessé. «C'est une personne qui souffre de troubles cognitifs, il a eu une grosse colère et a décidé de l’exprimer de cette façon», explique la gendarmerie.

L'auteur a été interpellé, précise la police. L'homme originaire du Portugal et domicilié dans le Nord vaudois s'en était pris jeudi à un fonctionnaire de l'Office des poursuites, mécontent de certaines décisions. Il avait été interpellé par la police, puis entendu par le procureur, qui l'avait confié aux médecins de l'hôpital psychiatrique.

(cga)