Conduite

08 octobre 2017 22:18; Act: 09.10.2017 07:47 Print

Les sportifs vous coachent et vous conseillent

par Jacqueline Favez - Au volant, nos champions puisent dans les qualités qui leur permettent de briller dans leur discipline. Ils les ont listées pour «20 minutes».

Voir le diaporama en grand »
Giulia Steingruber a brillé la semaine passée aux Championnats de monde de gymnastique, à Montréal (CAN). Elle estime que la concentration dont elle fait preuve en compétition lui est aussi très utile lorsqu'elle est au volant. «Prenez du plaisir à conduire et riez un peu», conseille la jeune championne. Xherdan Shaqiri prône l'anticipation au volant, pour réagir de manière proactive aux changements dans le trafic. L'international de foot rappelle que les nouveaux conducteurs manquent dexpérience. «Et on a souvent tendance à surestimer ses capacités. Alors, conduisez avec prudence!» La précision des trajectoires de Nino Schurter, en course comme au volant. Le champion olympique 2016 de VTT conseille aux automobilistes de faire preuve de patience, envers les cyclistes comme envers tous les autres usagers de la route. «Chacun a le droit de se déplacer!» Capacité d'adaptation et rapidité de réaction permettent à Marcel Hug de s'illustrer sur la piste. Et il utilise ces qualités-là au volant. «Ça ne sert à rien de rouler à toute allure. On se met en danger, ainsi que les autres et on ne gagne quasi pas de temps», conseille Marcel Hug. L'athlète cumule les titres paralympiques et mondiaux. Rahel Frey est tout aussi concentrée en piste que sur la route. Son conseil? Faites un cours de conduite, quel qu'il soit. «Vous y apprendrez énormément!» La jeune femme est pilote d'usine chez Audi. Tout comme en compétition, Max Heinzer (à droite) essaie danticiper les intentions des autres lorsqu'il est au volant. S'il fait preuve d'explosivité dans son sport, il sait garder son calme lorsqu'il conduit et conseille à tout le monde d'en faire de même. En juillet, il a remporté la médaille d'argent par équipe aux championnats du monde d'épée à Leipzig (All), avec Benjamin Steffen, Michele Niggeler et Georg Kuhn (de g. à dr.). L'athlète Kariem Hussein estime que le lien entre lui et sa voiture est important pour bien conduire. Son conseil? «Illustrez vous ailleurs que sur la route et ne roulez pas comme un chauffard!» Pour Gian Simmen, concentration et discipline sont les clés, en compétition comme sur la route. Lui aussi enjoint tous les conducteurs à faire un stage de conduite, car on n'a jamais fini d'apprendre, dit-il.

Une faute?

Quand on pratique la compétition de haut niveau, on acquiert des compétences qui se révèlent très utiles dans la vie courante. Huit sportifs d’élite suisse ont détaillé les qualités liées à la pratique de leur discipline auxquelles ils recourent quand ils sont au volant.

«La concentration, c’est certain!» s’est exclamée Giulia Steingruber, qui a brillé ce week-end aux Championnats du monde de gymnastique.

«En foot, on essaie de lire le jeu et d’anticiper les mouvements des autres sur le terrain, explique Xherdan Shaqiri. L’international suisse fait pareil au volant, pour «réagir de manière proactive» aux changements qui surviennent dans le trafic.

Le champion olympique 2016 de VTT, Nino Schurter, insiste quant à lui sur le ressenti de la vitesse, la précision du geste et le fait de regarder loin devant soi, des éléments essentiels dans son sport qu’il réutilise au volant. Et c’est au vététiste que revient la palme de la réponse la plus originale. «Rouler en économisant son énergie est décisif en compétition, où on perçoit parfaitement tout l’effort que nécessite chaque accélération.» Nino Schurter estime que cela lui permet aussi d’adopter une conduite plus économique au volant.

Pour l'athlète handisport Marcel Hug, qui cumule les titres mondiaux et paralympiques, ses qualités «d’adaptation et de réaction rapide sont certainement utiles» au volant, tout comme la «bonne maîtrise de sa voiture».

La pilote Rahel Frey affirme qu'elle est aussi concentrée sur la route que lorsqu'elle est en piste. «En plus, je profite de différents aspects que m'apporte mon sport, comme l'endurance, l'anticipation, la connaissance de la voiture et sa gestion.»

«En escrime, il est important de savoir lire le prochain mouvement de l'adversaire et celui d'après, explique Max Heinzer. Cette capacité est aussi très utile à la conduite. J’essaie d’anticiper les intentions des autres usagers de la route qui se trouvent à proximité.»

La concentration et la discipline, voilà ce que le snowborder Gian Simmen transpose de son sport à la route. «La concentration est importante, surtout vu la densité actuelle du trafic; il faut, ou, du moins, il faudrait, toujours anticiper et ne pas se laisser distraire. Et il faut faire preuve de beaucoup de discipline pour respecter les limites de vitesse, même lorsque la route est libre.»

Pour Kariem Hussein, champion d'Europe 2014 du 400 m haies, c'est le lien entre sa voiture et lui qui joue un rôle-clé. Il apprécie sa puissance et sa précision, les mêmes qualités qui permettent à l'athlète de briller dans sa discipline de prédilection.

Leurs conseils aux jeunes automobilistes

«Les nouveaux conducteurs manquent d’expérience, note Xherdan Shaqiri. Et on a souvent tendance à surestimer ses capacités. Alors, conduisez avec prudence!»

«Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a jamais fini d’apprendre! Par conséquent, suivre un cours de perfectionnement de conduite peut être judicieux.» Ce conseil de Gian Simmen est également donné par Rahel Frey: «Si, une fois dans votre vie, vous avez la possibilité de faire un stage de conduite, faites-le! Peu importe la nature du cours (TCS, neige et glace, pilotage): partout vous y apprendrez énormément!»

«Ça ne sert à rien de rouler à toute allure, rappelle Marcel Hug. On se met en danger, ainsi que les autres et on ne gagne quasi pas de temps. Il est aussi important de savoir adapter sa conduite à la situation.» Kariem Hussein renchérit: «Se comporter en chauffard n’est pas une preuve de caractère. Ceux qui veulent se faire remarquer peuvent le faire ailleurs que sur la route. Et aussi, ne conduisez pas en état d’ivresse!»

Trois sportifs estiment aussi qu'il faut déstresser un peu. «Quand on se met sous pression, il arrive souvent qu’on prenne trop de risques. C’est pour ça que je m’énerve rarement dans les embouteillages», souligne Max Heinzer. «Faites preuve de patience et de respect envers les autres usagers de la route. Chacun a le droit de se déplacer», complète Nino Schurter. Quant à Giulia Steingruber, elle remarque que« beaucoup ont l’air furieux au volant: alors prenez du plaisir à conduire et riez un peu!»

Ce qui les énerve le plus?

Les conducteurs qui ne respectent pas les limitations de vitesse, agacent Giulia Steingruber, ceux qui freinent de manière intempestive et qui s’arrêtent à des endroits où ce n’est pas logique, voire dangereux énervent Gian Simmen.

Xherdan Shaqiri déteste se retrouver avec une voiture «scotchée» à son pare-chocs arrière alors qu’il y a beaucoup de trafic et Kariem Hussein est agacé aussi bien par ceux qui roulent trop lentement alors qu’il y a déjà des embouteillages que par les chauffards qui mettent leur vie et celle des autres en danger.

«Je ne me prends plus la tête à cause des autres conducteurs, note Rahel Frey. Je repère vite ceux qui représentent un danger ou qui ne sont pas à l’aise au volant. Ça arrive régulièrement et ce n’est pas une honte car tout le monde n'a pas les qualités pour devenir pilote de course. La conduite est surtout une affaire de routine: plus on conduit, meilleur on est.»

«Nous sommes tous susceptibles de commettre des erreurs au volant, rappelle Max Heinzer, Mais ce qui me fâche vraiment, ce sont ceux qui n’assument pas et qui prétendent avoir fait tout juste.»

Nino Schurter, lui, ne supporte pas l’impatience. «Je vois souvent des gens qui s’énervent contre moi, cycliste, parce qu’ils ont attendu 2 secondes pour me dépasser. Alors que je les rattrape un peu plus loin, quand ils sont arrêtés dans le trafic. Si le stress était banni de la route, chacun se sentirait plus en sécurité.»

Enfin, comme beaucoup de personnes en situation de handicap, Marcel Hug s'énerve de voir quelqu’un stationné sur un emplacement réservé aux handicapés sans en avoir l’autorisation.

Leur lien à l'automobile

Tous ces sportifs sont sponsorisés par une marque. Xherdan Shaqiri roule pour Volkswagen, Giulia Steingruber et Kariem Hussein pour Opel, Nino Schurter pour Honda, Max Heinzer
et Marcel Hug pour Jaguar et Gian Simmen pour Seat. Quant à Rahel Frey, elle est pilote d’usine chez Audi.