Culture

28 mars 2017 05:53; Act: 28.03.2017 06:03 Print

Ai Weiwei va exposer des barrières à New York

L'artiste dissident chinois veut dénoncer l'émergence du protectionnisme dans le monde avec un nouveau projet.

storybild

Ai Weiwei à Prague, le 16 mars 2017. (Archive) (Photo: Keystone)

Une faute?

Ai Weiwei va installer des dizaines de barrières à New York au début du mois d'octobre. L'artiste dissident chinois veut dénoncer l'émergence du protectionnisme dans le monde.

A New York, Ai Weiwei va installer des barrières stylisées un peu partout dans la ville où il a vécu de 1983 à 1993.

Certains travaux seront placés dans des lieux emblématiques comme la Doris C. Freedman Plaza, à l'extrême sud-est de Central Park, ou l'école d'architecture et d'ingénieur Cooper Union, située dans l'East Village, mais aussi sur des abribus, a indiqué la fondation new-yorkaise Public Art Fund dans un communiqué publié lundi.

«La barrière a toujours été un instrument de l'aménagement politique du territoire», a commenté Ai Weiwei, pour qui ce terme «évoque des associations» avec les mots «frontière», «sécurité» et «voisin», «qui sont liés à l'environnement politique actuel».

«Les bonnes barrières font les bons voisins»

A travers ce projet, il veut rappeler que «si les barrières sont utilisées pour nous diviser, nous sommes tous semblables». Ces installations seront visibles du 12 octobre 2017 au 11 février 2018.

La performance est intitulée «Good Fences Make Good Neighbors» (les bonnes barrières font les bons voisins), une expression tirée du poème «Mending Wall» du poète américain Robert Frost, qui évoque le besoin de mettre des barrières au sein d'une société.

Le Public Art Fund, qui fête ses 40 ans cette année, est une fondation financée uniquement par des dons privés. Elle permet à des oeuvres qui s'inscrivent dans le paysage urbain d'être créées pour la ville de New York. Le Britannique Anish Kapoor avait installé dans ce cadre un miroir de 20 tonnes au Rockfeller Center en 2006.

(nxp/ats)