Cannabis

15 juin 2017 12:01; Act: 16.06.2017 09:39 Print

Légal ou illégal, ce que risque le consommateur

par Catherine Cochard - En Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine, les avis divergent quant à la dépénalisation du cannabis. Qu'en est-il en Suisse? Vidéo.

Sur ce sujet
Une faute?

Il ne se passe pas une semaine sans qu'un événement célèbre les vertus du cannabis. La semaine dernière à Amsterdam se tenait le Cannabis Liberation Day et le 18 juin aura lieu, dans plusieurs villes de France et comme chaque année, le bien nommé Appel du 18 joint.

En Suisse, la législation autour des consommateurs de chanvre se détend. Il faut dire que la politique du pays, en matière de drogues, a toujours été plutôt réformatrice, avec notamment l'ouverture de locaux d'injection ou la prescription d'héroïne.

En 2001, le gouvernement a voulu légaliser la consommation et autoriser la production ainsi que la vente de cannabis sous conditions. Le projet fut refusé par le Parlement.

En 2008, une initiative populaire est présentée pour légaliser et réguler le cannabis. Rejetée, elle-aussi, à 63%.

En 2011, une révision de la loi sur les stupéfiants propose une dépénalisation et la mise en place de contraventions. Un adulte détenant moins de 10 grammes de cannabis sur lui, est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 100 francs, sans inscription au casier judiciaire.

Depuis plusieurs mois, les ventes de cannabis légal (contenant moins de 1% de THC, la molécule psychoactive) explosent en Suisse.

Ce qui n'est pas sans poser problème aux spécialistes du trafic de stupéfiants. Il est impossible d'établir, à l'oeil ou au nez, si une herbe contient 15, 10 ou moins de 1% de THC. Si un fumeur de chanvre se fait contrôler, il doit prouver que ce qu'il consomme est légal. Le cas échéant, la police saisit l'herbe et la fait analyser. Si le taux dépasse les 1%, le consommateur doit s'acquitter des coûts inhérents à l'analyse.

A noter encore que le cannabis légal est soumis au même impôt que les cigarettes et doit afficher un message de prévention similaire.

Chaque année en Suisse, 200'000 usagers consommeraient 100 tonnes de cannabis pour un chiffre d'affaire d'un milliard de francs.

(nxp)