Mondial 2018

13 juin 2018 18:13; Act: 13.06.2018 19:26 Print

Russes priées de ne pas coucher avec des fans

Une députée a mis en garde les femmes russes qui seraient tentées de sortir avec des supporteurs étrangers durant la Coupe du monde.

storybild

La Russie attend l'arrivée de centaines de milliers d'étrangers durant la Coupe du monde. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les femmes russes ne doivent pas coucher avec des supporteurs étrangers venus en Russie pour le Mondial-2018, au risque de devenir des mères célibataires, a averti mercredi une responsable parlementaire russe.

Une «race différente»

L'arrivée de centaines de milliers d'étrangers en Russie signifie qu'«il y aura des femmes qui sortiront avec eux et qui donneront naissance à des enfants», a estimé la députée Tamara Pletneva, 70 ans, à la tête du comité de la Douma (chambre basse du Parlement) de la Famille, des femmes et des enfants.

«Mais j'espère qu'elles ne le feront pas», a-t-elle ajouté, lors d'un entretien avec la radio russe Govorit Moskva.

Elle a ensuite rappelé l'exemple des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, lors desquels de nombreuses femmes russes avaient eu des enfants avec des étrangers.

Ces derniers étaient parfois d'une «race différente», a-t-elle déclaré, affirmant que les Russes doivent «donner naissance à (leurs) propres enfants».

Les enfants nés de couples mixtes «souffrent beaucoup (...) et ce, depuis l'époque soviétique», car leurs mères doivent souvent élever leurs enfants seuls, les pères quittant le pays une fois les compétitions finies, a ajouté Mme Pletneva.

Avalanche de critiques

Les enfants «ont de la chance s'ils sont de la même race (que leur mère, ndlr), mais s'ils sont d'une race différente, c'est fatal», assure la députée, tout en clamant: «Je ne suis pas nationaliste».

Selon elle, les femmes russes doivent se marier avec «des citoyens russes, créer une bonne famille et vivre en paix».

Cette déclaration a provoqué une vague d'indignation et une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux russes.

«Je me demande ce que Pletneva dira lorsqu'on lui rappellera qu'il faut dire non au racisme», a ainsi écrit la journaliste radio Tatiana Felguenhauer sur Twitter, rappelant l'un des mots d'ordre phares des autorités russes pour le Mondial-2018.

Résultats et groupes

(nxp/afp)