Football - Coupe du monde

14 juin 2018 06:56; Act: 14.06.2018 08:44 Print

Une sélection, un joueur: le Groupe G

par Robin Carrel - Ils sont très ou moins connus, voire pas du tout, mais on a choisi de se focaliser sur eux pour vous présenter à notre sauce les 32 équipes du Mondial russe.

storybild

Adolfo Machado semble aimer aller au duel. (Photo: Keystone/Fernando Bizerra jr.)

Sur ce sujet
Une faute?

La Coupe du monde 2018, ce n’est pas que des strass et des paillettes. Ce n’est même pas Payet du coup, parce que le Marseillais, blessé en finale de l’Europa League, n’est pas du voyage avec la France de Didier Deschamps. On a donc décidé de vous présenter cette compétition par le truchement de joueurs différents des habituels Messi, Ronaldo et compagnie.

Si ce concept est clairement et parfaitement inutile, il vous permettra de briller en société lorsque l’un ou l’autre rentrera à la 92e minute de jeu, pour gagner du temps, lors d’un match sans enjeu en fin de phase de poule. Cette fois, place au groupe G, avec la Belgique, le Panama, la Tunisie et l'Angleterre.

Belgique: Marouane Fellaini

Je n’avais pas dit que j’allais ne conter que des histoires de joueurs inconnus et rendre hommage ici au «Tahiti Bob» belge me tenait à coeur. Bon, il n’a pas besoin de moi pour lui faire de la publicité en vue de lui trouver un nouveau club, car il est en fin de bail à Manchester United… Milan, le PSG, dans une moindre mesure l’OM et maintenant Arsenal, qui a déjà engagé Stephan Lichtsteiner libre, le courtisent ardemment. Et à 30 ans, il a l’occasion de décrocher un dernier contrat avec, aussi, une énorme prime à la signature au passage. Doit-il attendre de réaliser une grande Coupe du monde en Russie, quitte à se blesser ou à cirer le banc des «Diables rouges», avant de choisir sa nouvelle destination? Le gars sait comment faire pour négocier quand il s’agit de gros sous. A 19 piges, il avait profité d’une loi belge bien spécifique pour résilier son contrat de manière unilatérale avec le Standard Liège, estimant que son salaire n’était pas assez élevé! Fellaini a finalement resigné avec le club belge quelque trois semaines plus tard, avant de rejoindre l’Angleterre et Everton pour 20 millions de Livres en 2008, devenant ainsi le joueur belge le plus cher de tous les temps pour l’époque. Ce fils d’un ancien gardien du Raja Casablanca et du Hassani d’Agadir au Maroc sait aussi redistribuer, lui qui est parrain de deux associations venant en aide à des handicapés ou à des enfants en difficultés.

Panama: Adolfo Machado

Vous avez prévu un voyage en Amérique centrale et cherchez un guide? Ce défenseur central panaméen de 33 ans est votre homme! Depuis ses débuts professionnels dans son club formateur de l’Alianza FC de Panama City, Machado a bien voyagé. Il a d’abord connu l’équipe guatémaltèque du Deportivo Marquense. Il a ensuite signé dans deux formations honduriennes de Marathon et de Comunicaciones. Il est revenu au pays pour jouer avec San Francisco. Dans la foulée, il est allé monnayer ses talents au Deportivo Saprissa, au Costa Rica. Comme le centre du continent américain devenait gentiment trop petit pour lui, il a poussé plus au Nord il y a un an et demi. Oh, il n’est pas allé très loin, débutant en Major League Soccer avec le maillot du Dynamo de Houston, quelques kilomètres après le mur qui devrait être érigé par Donald Trump à la frontière avec le Mexique. Machado avait un peu de temps de jeu à rattraper, car il avait été pincé à un stéroïde (le Boldénone) et suspendu pour deux ans en 2012. Non, décidément, le joueur aux 65 sélections avec les Canaleros en a vu des vertes et des pas très mûres…

Tunisie: Saber Khalifa

Quand on parle de footballeurs, on parle transferts, millions, belles maisons et jolies femmes sur Instagram. Heureusement, certains sont là pour nous rappeler que des carrières, des fois, peuvent faire passer les hommes par de sacrées péripéties. C’est le cas de cet attaquant tunisien d’aujourd’hui 31 ans, qui en a vu de belles avant de réaliser le rêve de bons nombres de joueur nord-africains: porter un jour le maillot de l’Olympique de Marseille. Parce qu’avant de revêtir furtivement la tenue ciel et blanche lors de la saison 2013-2014, Khalifa a failli se perdre en route, quelques années plus tôt. En 2011, son club étant furieux de sa future signature à Evian pour la saison d’après, il est prêté à l’Alahly Benghazi SC, en Libye. Il y joue à deux reprises, avant de rentrer en catastrophe au pays, lorsque la guerre civile a éclaté. Le Tunisien a eu chaud, puisqu’il a quitté la deuxième plus grande ville de cette contrée deux jours seulement avant les bombardements qui ont notamment coûté la vie à l’ambassadeur américain local. La suite de sa carrière a heureusement été plus calme, entre les bords du Léman et un retour au pays, au Club Africain, où il a planté 38 buts ces quatre dernières années.

Angleterre: Fabian Delph

C'était le temps où les fans d'Aston Villa étaient heureux. Quand Fabian Delph a commencé à percer chez les «Villans», sous la houlette de l'extraordinaire Martin O'Neill, il côtoyait Ashley Young, Kyle Walker, James Milner, Michael Bradley, Robert Pires ou encore Darren Bent. Que des cadors. Mais voilà, le club de Birmingham n'a pas su capitaliser sur trois sixièmes places de rang en Premier League et a perdu ses stars les unes après les autres. Du coup, il a été un des derniers à quitter le navire et les gens de Birmingham lui en ont beaucoup voulu. Surtout parce qu’il s’en allait chez le nouveau riche de Manchester City, sans vraie opportunité de jouer régulièrement. Sauf que le jeune homme a de la ressource et Delph a su se rendre indispensable grâce à sa polyvalence nouvelle. Mendy s’est blessé à City? Les autres latéraux sur ce flanc étaient justement un peu gauches? Le demi défensif, relayeur ou de devoir, a su se réinventer. Du coup, il a largement contribué à la fantastique saison des Cityzens et gagné sa place au grand raout de l’été. Enfin, si son troisième enfant, qui doit naître en plein milieu de la compétition, lui laisse le temps d’emmener loin les Trois Lions. Il a d’ores et déjà négocié avec son sélectionneur de pouvoir faire un rapide aller-retour dès que la nature le commandera.

Football