Jeux vidéo

11 janvier 2018 07:18; Act: 12.01.2018 06:26 Print

«Brawlout»: un pâle rival pour «Super Smash Bros.»

Un nouveau venu est entré dans la mêlée des platform fighters avec plus ou moins de réussite.

Une faute?

En attendant une hypothétique sortie de la franchise «Super Smash Bros.» sur Switch, «Brawlout» propose sa propre version de combats chaotiques dans des arènes en deux dimensions. On y retrouve des guest stars, comme Juan, de «Guacamelee», et le Drifter de «Hyper Light Drifter».

Le titre reprend donc les bases du genre: des affrontements entre plusieurs guerriers en local ou en ligne, quatre au maximum pour le soft d’Angry Mob Games. Le but consiste à éjecter ses opposants des champs de bataille interactifs en leur tapant dessus sans interruption pour augmenter leur jauge de dégâts. Si les codes sont en partie respectés, on regrette l’absence de power-ups qui auraient augmenté la dimension stratégique et la difficulté pour éviter les attaques. Côté gameplay, le contrat est à peu près rempli; les lutteurs disposent d’une panoplie de coups spéciaux qui font en général assez mal. Encore faut-il apprendre à bien les maîtriser. On regrette tout de même que certains soient largement inspirés par la concurrence. On note également un manque d’équilibrage entre les personnages et un roaster assez faible. Ce d’autant plus qu’une partie des pugilistes sont recyclés.

Malgré une jouabilité tournée vers l’offensive, «Brawlout» n’est finalement qu’une pâle copie de «Super Smash Bros.» et n’arrive pas à la cheville du maître en la matière. Mais, en attendant mieux, il égaiera quelques soirées entre amis.

(mmi/20 minutes)