Technologie

16 mars 2009 14:06; Act: 16.03.2009 14:13 Print

L'e-book n'est pas encore à la page

Le livre numérique ne constitue pas encore un marché significatif en France malgré des e-books toujours plus attrayants.

Une faute?

Les éditeurs se préparent pourtant à la révolution en marche, comme en témoigne l'actuel Salon du livre de Paris.

Défenseurs du support papier et partisans des nouvelles technologies débattent du livre numérique depuis des années. Tous s'accordent pour dire qu'ils ignorent comment liront les futurent générations.

L'an dernier, le marché du livre numérique a généré en France près de 40 millions d'euros. Cela représente moins de 1% du chiffre d'affaires global de l'édition, selon les chiffres du Syndicat national de l'édition (SNE).

«Aujourd'hui, ils numérisent massivement leurs catalogues pour être prêts», note Bertrand Morisset, commissaire général du Salon du livre de Paris. Pour l'édition juridique ou scientifique, il est prévu que «d'ici cinq ans, la moitié de leur marché concernera des contenus en ligne». Les éditeurs scolaires préparent aussi des ouvrages adaptés au «cartable électronique».

Le livre numérique passionne davantage les amateurs de nouvelles technologies que les simples lecteurs. Il ne devrait pas coûter forcément moins cher que le livre traditionnel, estime le SNE.

Piratage et gratuité

Autre aspect de ce dossier: le combat des éditeurs contre le piratage et la gratuité qui déstabiliseraient le marché du livre. «Il faut que le droit d'auteur soit préservé et que la chaîne du livre ne soit pas rompue. On va certainement arriver à une organisation claire où les droits de chacun seront respectés», avance Bertrand Morisset.

La révolution passe par les e-books et les tablettes de lecture en démonstration au salon. Le petit dernier, le Polymer Vision Readius, se présente sous forme d'un écran souple que l'on déroule pour lire.

Encre colorée

Pour les fabricants, le e-book n'a pas vocation à remplacer le livre papier mais à faire émerger d'autres usages. Il donnera accès à des bibliothèques entières de livres numérisés et permettra des recherches thématiques par exemple. La prochaine étape sera selon les spécialistes la colorisation de l'encre numérique.

Pour que la lecture numérique décolle, Bertrand Morisset cite deux conditions principales. Il faut des supports proposés autour de 100 euros dans le commerce ainsi qu'une offre massive du contenu numérisé «dans le respect de la chaîne du livre».

(ats)