Insolite

15 mars 2017 00:07; Act: 15.03.2017 10:09 Print

Un sex-toy téléchargeait les données d'utilisateurs

Le fabricant du vibromasseur «We-Vibe» va payer 3,75 millions de dollars de dommages et intérêts aux utilisateurs dont les données ont été téléchargées.

storybild

La maison mère de «We-Vibe», Standard Innovation, aurait collecté «des données très intimes et sensibles» de l'application du vibromasseur connecté en Bluetooth.

Une faute?

Le fabricant d'un sex-toy «intelligent» va verser plusieurs millions de dollars aux utilisateurs dont les données personnelles ont été téléchargées sans leur consentement.

Le groupe canadien qui a conçu ce vibromasseur électronique nommé «We-Vibe» a accepté de payer 3,75 millions de dollars de dommages et intérêts, soit jusqu'à 10'000 dollars pour chaque utilisateur dont les données ont été téléchargées, selon des documents judiciaires présentés devant un tribunal américain.

Les plaignants de ce recours collectif, lancé l'an dernier à Chicago, estiment que la maison mère Standard Innovation a collecté «des données très intimes et sensibles» de l'application connectée en Bluetooth du vibromasseur et les a téléchargées sur des serveurs au Canada.

Sécurité renforcée

La plainte a été déposée après que des experts en cybersécurité avaient révélé, à la conférence sur le piratage informatique Defcon l'an dernier, des failles dans l'application du vibromasseur, permettant d'accéder aux données privées et de prendre le contrôle de l'appareil.

Les plaignants demandaient de prendre en compte «les droits des consommateurs» et dénonçaient une violation de plusieurs lois. Standard Innovation a affirmé dans un communiqué être «heureuse d'avoir conclu un accord raisonnable et juste» et indiqué avoir renforcé la sécurité de l'application en septembre.

La société avait présenté cet appareil au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas l'an dernier, conçu selon elle pour les couples désireux d'utiliser la technologie pour améliorer leurs expériences sexuelles.

(nxp/afp)