Tendance

30 mars 2009 22:44; Act: 30.03.2009 21:45 Print

Le service Twitter inspire un nouveau genre littéraire

Des auteurs s’essaient à écrire des romans à coups de mini-messages ou de SMS de 140 caractères.

Une faute?

Le journaliste américain Matt Ritchell avait été le premier à rédiger, en juin dernier, un «Twiller», contraction entre le service de micro-blogging Twitter et un authentique thriller. Depuis, les initiatives se succèdent, y compris dans le monde francophone.

Laurent Zavack a par exemple décliné le concept en version érotique («Erotwitt») avec «On l’appelait Sodomy», un roman composé uniquement avec les SMS échangés entre les deux protagonistes. L’auteur en a fait une version e-book une fois le récit terminé. Intitulé «Ziméo Korny», son roman en cours fait une infidélité à Twitter dans le troisième épisode.

«Isolé dans sa chambre d’hôtel Facebook, le héros Ziméo va écrire une nouvelle qui constituera un très grand épisode. Ce dernier ne sera pas, exceptionnellement, publié via Twitter, mais dans une page Facebook», explique l’auteur, qui invite ses fidèles à devenir «amis» avec le héros Ziméo dans Facebook.

Appelés au Japon «keitai shousetus», les romans tapés sur les mobiles sont déjà entrés dans les mœurs des lecteurs. En 2007, ils étaient déjà cinq à compter parmi les dix best-sellers.

(laf)