Confession forcée

14 novembre 2012 16:18; Act: 14.11.2012 17:17 Print

Une app iOS dénonce les pirates sur Twitter

Un éditeur d'applications combat le piratage en publiant un message de regret sur Twitter au nom et à l'insu d'utilisateurs d'un iPhone jailbreaké. Il s'est excusé car ces derniers ne sont souvent pas des pirates.

Une faute?

«Pourquoi ne pas tous arrêter d’utiliser des applications iOS piratées? Je promets d’arrêter. Je vais vraiment le faire»: des tweets de ce type suivis du hashtag #softwarepirateconfession (#ConfessionDunPirateDeLogiciels) se multiplient sur le service de microblogging, depuis que l'éditeur Enfour a mis à jour le 1er novembre dernier son application «Oxford Deluxe» et d'autres offres de dictionnaires anglais. Enfour a en effet intégré aux apps un système de publication de message automatique sur le service de microblogging lorsque l’application détecte qu'elle a été installée sur un iPhone jailbreaké.

Sauf que posséder un iPhone jailbreaké ne garantit pas que l'on a à faire à un pirate. Le blogueur Andreas Odegard, qui avait acheté l’application pour la somme de 55 francs en août 2010, en a fait l’amère expérience lorsqu'il a récemment mis à jour le logiciel vers la version 4.1.4. Alors qu'il n'a jamais téléchargé illégalement d’applications sur son iPhone, le blogueur a été contraint de se repentir à son insu et de passer pour un pirate de logiciels sur Twitter. Son seul tort a consisté à installer l'application en question sur un terminal qu’il avait jailbreaké pour récupérer une ancienne version d'une autre programme qui ne fonctionnait pas.

Ce n'est d'ailleurs pas le seul client honnête à subir la même dénonciation publique à tort. Conscient du problème, l'éditeur a finalement publié des excuses sur Twitter en parlant d'un «bug dans les mesures anti-piratage», écrit le site arstechnica.com.

(man)