Etats-Unis

19 janvier 2017 01:31; Act: 19.01.2017 07:23 Print

Netflix toujours solide malgré la concurrence

Netflix a engrangé le plus important gain trimestriel d'abonnés jamais enregistré depuis son lancement.

storybild

Image d'illustration (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Netflix, dont la croissance des abonnements avait suscité la déception lors des deux premiers trimestres de 2016, a gagné 7,1 millions d'abonnés à travers le monde sur la période octobre-décembre, aux Etats-Unis. Les analystes financiers avaient anticipé 5,2 millions, selon le consultant FactSetStreetAccount.

«C'était le plus gros trimestre en termes d'additions nettes de notre histoire, et cela a été soutenu par des gains solides à la fois aux Etats-Unis et à l'international», s'est félicitée la direction de l'entreprise dans sa lettre trimestrielle aux actionnaires.

Netflix a séduit au quatrième trimestre 1,93 million d'abonnés supplémentaires aux Etats-Unis, et 5,12 millions à l'international où il a redoublé d'efforts l'an passé et où se trouvent désormais 47% de ses utilisateurs. Et il espère encore augmenter son audience de 5,20 millions de personnes, dont 3,70 millions à l'international, sur le premier trimestre 2017.

Netflix a précisé que ses créations originales telles que «Marvel's Luke Cage» et «The Crown» avaient été plébiscitées à travers le monde, ajoutant que la concurrence s'adaptait pour essayer de le rattraper.

Concurrence

Sur l'année écoulée, Netflix enregistre «une croissance régulière» en Amérique latine, tandis que «l'élan pour nous est en train d'accélérer en Europe dans son ensemble, et en Asie nous ne faisons que commencer», a indiqué le directeur général, Reed Hastings, lors d'une téléconférence avec des actionnaires.

Il peut d'autant plus se féliciter des performances du dernier trimestre qu'Amazon est devenu au même moment un rival frontal à l'échelle planétaire. L'entreprise a récemment étendu son service Amazon Prime Video au monde entier et la BBC a récemment annoncé son intention de diffuser d'un coup des séries entières pour répondre à la tendance de «visionnage excessif» initiée par Netflix.

«Cela devient un monde de la télévision par internet, qui présente à la fois des défis et des opportunités pour Netflix dans notre volonté de gagner des temps d'écran», note l'entreprise dans la lettre trimestrielle à ses actionnaires.

Outre Amazon, Netflix évoque dans sa lettre, YouTube, qui «reste bien plus grand que chacun de nous en termes de minutes de vidéos regardées dans le monde», ou encore la croissance de la consommation de vidéos sur Facebook et des rumeurs de projets d'Apple

Garder son avance

D'après Neil Saunders, à la tête de la société de recherche Conlumino, le fait que le nombre d'abonnés continue d'augmenter, en particulier aux Etats-Unis en dépit d'augmentations de prix, «indique que l'entreprise est maintenant fermement en pole position sur la scène du streaming».

«Dans un marché qui devient de plus en plus saturé de contenus et de fournisseurs, garder son avance est vital car les téléspectateurs vont de plus en plus faire des choix sur les services qu'ils conservent et ceux qu'ils abandonnent», souligne l'analyste. Pour lui, comme pour les dirigeants de Netflix, l'intérêt croissant pour le service s'explique par ses contenus, notamment originaux.

Depuis les débuts en 2013 de la série politique «House of Cards», avec laquelle Netflix avait commencé à afficher ses grandes ambitions dans la production originale, son catalogue s'est beaucoup élargi.

Le groupe prévoit encore 6 milliards de dollars d'investissements dans les contenus cette année, après 5 milliards en 2016. Il produit désormais des films, des documentaires ou même des émissions de divertissement en plus de séries toujours remarquées comme «Stranger Things» ou «Narcos».

Progression

Sur le plan financier, l'entreprise a vu son chiffre d'affaires progresser de 36% à 2,48 milliards de dollars au quatrième trimestre, et de 30% à 8,83 milliards sur l'ensemble de l'année 2016. Le bénéfice net est pour sa part en hausse de 55% à 67 millions de dollars au dernier trimestre, et de 52% à 123 millions sur toute l'année.

Netflix a néanmoins encore perdu 67 millions de dollars à l'international. Et s'il dit s'attendre à un léger bénéfice au premier trimestre, il ne cache pas que ses investissements feront revenir ses activités à l'étranger dans le rouge sur le reste de l'année. Mais il promet une réduction «importante» de la perte comparée à 2016.

(nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • DonDavide le 19.01.2017 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    MEEEUUUUUHHHHHH

    Faudra toujours m'expliquer, pourquoi l'abo de base en suisse, est plus cher que partout ailleurs en Europe. 11.90frs contre 7.99.... oui oui...vous allez me dire, francs fort, niveau de vie...blabli blablo...mais bon...vache à traire toujours et encore

  • Aurelia le 19.01.2017 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Netflix

    pour les series ils n ont jamais les saisons en cours et pour les films il y a beaucoup de vieilleries.

  • Georges Rosso le 19.01.2017 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    Oui et?

    Les gens qui travaillent pour Netflix sont des énormes bosseurs et sont brillants. Netflix c'est du prestige. Bosser pour cette entreprise ça ouvre toutes les portes. Les ex employés sont très recherchés sur le marché. Alors oui elle peut affronter des tempêtes! Pour ma part j'adhère au commentaire de Willy: abrutissement de masse.

Les derniers commentaires

  • Aurelia le 19.01.2017 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Netflix

    pour les series ils n ont jamais les saisons en cours et pour les films il y a beaucoup de vieilleries.

  • DonDavide le 19.01.2017 10:55 Report dénoncer ce commentaire

    MEEEUUUUUHHHHHH

    Faudra toujours m'expliquer, pourquoi l'abo de base en suisse, est plus cher que partout ailleurs en Europe. 11.90frs contre 7.99.... oui oui...vous allez me dire, francs fort, niveau de vie...blabli blablo...mais bon...vache à traire toujours et encore

  • Georges Rosso le 19.01.2017 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    Oui et?

    Les gens qui travaillent pour Netflix sont des énormes bosseurs et sont brillants. Netflix c'est du prestige. Bosser pour cette entreprise ça ouvre toutes les portes. Les ex employés sont très recherchés sur le marché. Alors oui elle peut affronter des tempêtes! Pour ma part j'adhère au commentaire de Willy: abrutissement de masse.

  • Willy le 19.01.2017 09:27 Report dénoncer ce commentaire

    Un monde parfait...

    La société de l'abrutissement de masse...