OMS

05 janvier 2018 16:19; Act: 05.01.2018 17:35 Print

Addiction aux jeux vidéo: maladie bientôt reconnue

L'OMS va bientôt officiellement reconnaître le «Gaming disorder». Cette maladie se caractérise par «une priorité croissante accordée au jeu par rapport à d'autres activités».

storybild

(Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le «trouble du jeu vidéo» (Gaming disorder) va être reconnu prochainement comme une maladie par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a annoncé vendredi à Genève un porte-parole de l'agence de l'ONU. Les risques d'addiction liés à ce «trouble» vont être ajoutés à la 11e liste de la Classification internationale des maladies (CIM), qui sera publiée en juin, a précisé Tarik Jasarevic lors d'un point de presse. Cette liste, dressée par l'OMS, est basée sur les conclusions d'experts de la santé dans le monde entier.

La définition courante de ce «gaming disorder» est «un comportement lié aux jeux vidéos sur internet ou hors ligne, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité croissante accordée au jeu par rapport à d'autres activités, au point qu'il prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt», a expliqué M. Jasarevic.

Concept nouveau

Parmi les autres symptômes figurent «la poursuite et l'augmentation de l'activité de jeu malgré l'apparition de conséquences négatives». Selon les experts de l'OMS, un individu doit montrer une addiction anormale au jeu pendant au moins un an avant d'être diagnostiqué comme souffrant de ce trouble, qui va être classé comme «un comportement addictif», a ajouté le porte-parole.

Mais il a souligné qu'il était prématuré de spéculer sur l'ampleur du problème. «Le trouble du jeu vidéo est un concept relativement nouveau et les données épidémiologiques dans la population n'ont pas encore été rassemblées», a-t-il dit.

Malgré l'absence de statistiques, «les experts de la santé sont d'accord pour dire qu'il y a un problème» et que la prochaine inclusion du «gaming disorder» dans la CIM est une étape «appropriée», a affirmé M. Jasarevic. «Il y a des gens qui appellent à l'aide», a-t-il poursuivi, en notant que la reconnaissance formelle de leur condition contribuera à déclencher de nouvelles recherches et de nouvelles ressources pour combattre ce problème.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zuzule le 05.01.2018 17:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi

    Cool, je vais appeler mon boulot pour dire que je suis malade. la crève ? non non, j'ai envie de jouer à la console plutôt que venir bosser.

  • Morningstar le 05.01.2018 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ok mais...

    Pourquoi pas mais j'ose espérer qu'il y a la même chose pour les séries ? Le cinéma ? La musique ? Parce que le jeu vidéo n'est rien de plus qu'un divertissement comme tant d'autres.

  • Al Dit le 05.01.2018 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    foot disorder

    et avec un working disorder on peux partir à l'AI ?

Les derniers commentaires

  • Lulu le 08.01.2018 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Et les grands gagnants sont...

    Manifestement, on a des experts sur le fil des commentaires ! Des experts qui ne connaissent même pas la définition du mot "addiction" et de ce que ça entraîne (genre ne plus dormir, ne plus se nourrir, ne plus sortir de chez soi, ne plus s'occuper de ses enfants - un bébé est mort en Chine ou au Japon il y quelques mois tellement ses parents n'arrivaient plus à sortir d'un jeu). Mais non, ils savent mieux que les experts eux ! MDR

  • FS_Wow le 08.01.2018 01:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Né dans le gaming et j ai quand même réussi

    Multi R1 rogue, top 4 world avec team fr #wow ... et ... chef de projet en entreprise et étudiant à temps partiel en master hes. Les gros joueurs ont besoin dun cerveau pour perf, devenir debile devant un jeu ne vous rends pas plus fort. Je joue depuis que je suis petit et jai appris langlais par le mmo et certaines experience de leadership. Gérer une team par exemple de plus de 20 joueurs avec chacun ces problèmes n est pas toujours facile.

  • ProScreen le 07.01.2018 20:47 Report dénoncer ce commentaire

    N.I.Q.

    Certains écoles auront d'arguments pour se déresponsabiliser légalement de leur incapacité à faire apprendre les enfants. Autre bonne raison de plus pour que la SPJ intervienne chez vous sans de réels raisons. Les enfants peuvent adorer les jeux et tout écran dispo, sans les empêcher d'obtenir de bonnes notes et de socialiser positivement. Nous pouvons éduquer tout en intégrant ses moyens de manière pertinente. Aussi passer des heures à lire un livre comme pour le Gaming. Comme pour tout projet, quand nous sommes plongés dans le vif du sujet, nous serons accrochés.

    • Ancien Toxicogamer le 08.01.2018 12:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ProScreen

      Il y a une différence énorme entre passion et obsession. Et ce dans tout domaine. On peut aimer passionnément une femme ou en être obsédé. On peut jouer 10 heures par jours mais continuer a avoir une vie épanouie. Tout comme on peut jouer à ne plus faire la part des choses. Léducation ne fait pas tout. Jétais le meilleur de ma classe jusquà la fin du lycée. Jai commencé luni avec une moyenne de 5,5 sur les 2 premières années. Jai quand même coulé car je narrivais plus à me sortir un mmorpg de la tête.

  • Tolerance le 07.01.2018 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A ceux qui se pensent gamers

    Désolant de voir le nombre de personne qui ny comprennent rien! On ne parle pas du petit gamer qui joue un petit coup entre le travail et le souper. Mais du vrai addict! Et chaque « chose » qui procure de ladrénaline, dopamine (etc) peut être source daddiction à haute dose.

  • Monnin H. le 07.01.2018 19:35 Report dénoncer ce commentaire

    Responsable

    On paie pour soigner les alcooliques, les drogués, les fumeurs et maintenant les joueurs. C'est fabricants et commerçants et aux éditeurs qu'il faut faire payer les conséquences !!! Ils s'en mettent plein les poches et c'est aux autres de passer à la caisse. Ça suffit !!!