Lausanne/EPFL

30 mars 2012 12:36; Act: 30.03.2012 12:36 Print

La téléprésence passe en toute discrétion

Au Quartier de l'innovation, le géant des équipements réseaux Cisco peaufine les logiciels pour rendre des conversations vidéos proches de la perfection.

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen
Une faute?

En salle de vidéoconférence de Cisco, on oublie vite que ses interlocuteurs ne sont pas présents physiquement. On a même l’impression qu’ils sont assis à la même table, par la magie d’une mise en scène soigneusement orchestrée. «Nous avons recréé une expérience de réunion avec des aménagements identiques, y compris le mobilier et les couleurs. On voit les gens à leur taille réelle et tout est calibré», commente à l’autre bout de la table, depuis Paris, Alain Fiocco, Directeur marketing de Cisco Europe. Au Quartier de l'innovation à l'EPFL, on s’attache à rendre l'expérience la plus immersive possible en peaufinant les logiciels et l'acheminement des paquets de données. «Nous optimisons la qualité de l'image haute-définition», explique Massimo Lucchina, directeur des produits vidéo chez Cisco. Ce n’est pas sans importance. «Si la qualité est mauvaise sur la vidéo, vous ressentez même physiquement la douleur à l’oeil ou aux oreilles», renchérit Alain Fiocco. On est bien loin de la qualité très aléatoire des logiciels de visiophonie grand public comme Skype ou Live Messenger.

Séances planifiées

Les conférences sont d'ailleurs soigneusement planifiées par le géant américain afin que les données des conversations passent par les meilleurs chemins possibles, garantissant le transfert optimal du signal vidéo. Cisco entend bien bénéficier de la tendance en vogue du travail à distance. «En Suisse, nous pensions toucher que des multinationales du type de Nestlé. Mais nous avons été bien au-delà, avec des entreprises qui voulaient s'épargner 2 à 3 heures de trajets pour traverser la Suisse. En plus, avec le temps gagné, ils peuvent augmenter la fréquence de leurs entretiens», conclut Massimo Lucchina.

(laf)