Chine

13 septembre 2013 14:06; Act: 13.09.2013 15:06 Print

Un faux réseau social pour voir la censure chinoise

En se servant d'une fausse plateforme de socialisation, des chercheurs de Harvard ont découvert que la censure en Chine reposait sur un marché concurrentiel entre entreprises.

Une faute?
Signalez-la nous!
Envoyer

Afin d'obtenir une vue de l'intérieur du système de censure chinois, Gary King, un professeur de sciences politiques à l'université de Harvard a fait preuve de ruse. Aidé par Jennifer Pan et Margaret Roberts, deux de ses collègues, il a créé un site de socialisation chinois fictif afin de comprendre le fonctionnement de la censure dans ce pays, rapporte le site Technology Review.

Au lieu d'être basée sur un système centralisé, il a découvert que la censure électronique chinoise repose plutôt sur un marché capitaliste étonnamment dynamique dans lequel les entreprises se font concurrence pour offrir la meilleure technologie et les meilleurs service de suppression de contenu.

Le logiciel fourni aux chercheurs pour gérer leur site disposait d'outils assez complexes pour automatiser la censure en ligne. Les nouveaux messages publiés sur le site pouvaient être filtrés en fonction de mots clés avant le contrôle manuel. Ils pouvaient aussi être traités différemment en fonction de leur longueur, de la position où ils apparaissaient sur le site ou encore en cas de nouvelle conversation. Une personne en particulier pouvait être ciblée par une censure plus agressive suivant son adresse IP ou sa réputation au sein de la communauté, a expliqué Gary King.

Selon ses informations, une entreprise doit embaucher deux à trois censeurs par tranche de 50'000 internautes pour satisfaire le gouvernement chinois. Il estime donc qu'il existe en Chine entre 50'000 et 75'000 personnes censurant les sites internet.

(man)