Grève des médecins

24 mars 2009 16:29; Act: 24.03.2009 19:34 Print

Cabinets fermés et milliers de blouses blanches dans la rue

Fait inédit, des centaines de cabinets médicaux vaudois et genevois sont restés fermés mardi pour protester contre la baisse des tarifs de laboratoire. Près de 2000 médecins et assistantes médicales ont défilé à Lausanne, 2000 à 3000 sont attendus à Genève.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est la première grève de médecins de mémoire d'homme», a dit mardi Jean-Pierre Pavillon, président de la Société vaudoise de médecine (SVM). «Il fallait que l'avenir de la profession soit en jeu pour faire descendre les médecins dans la rue».

Le mouvement semble avoir été largement suivi. «Il est impossible de faire un décompte précis, mais nous estimons que la majorité des 1500 cabinets du canton a fermé», a expliqué à l'ATS Pierre-André Repond, secrétaire général de la SVM.

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

Jean-Pierre Pavillon, président de la Société vaudoise de médecine (SVM), à l'interview (vidéo: 20 minutes online).

A Genève, environ 90 % des quelque 800 cabinets de médecine privés sont restés portes closes, d'après les retours dont dispose l'Association des médecins du canton de Genève (AMG). Pour la manifestation qui débutera à 17h30, l'AMG espère la participation de 2000 à 3000 personnes, selon son vice-président Bertrand Buchs.

Cortège de blouses blanches

A Lausanne, un cortège de blouses blanches a défilé vers midi au centre-ville. Les manifestants ont brocardé le conseiller fédéral Pascal Couchepin, qualifié «d'irresponsable», et brandi des banderoles «Sauvons la médecine» et «Touche pas à mon labo».

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

Marilyne Rodel, vice-présidente de l'Association romande des assistantes médicales (vidéo: 20 minutes online).

La fronde est née de la baisse des tarifs des analyses de laboratoire que la Confédération veut imposer dès juillet. Ces barèmes, qui ne sont plus rentables, vont pousser de nombreux généralistes à progressivement abandonner leur activité de laboratoire, au détriment de la qualité des soins.

Le laboratoire est un «outil de travail fondamental», font valoir les médecins. Confier les analyses à des laboratoires extérieurs entraînera des délais: il y aura des retards dans les diagnostics et des hospitalisations qui auraient pu être évitées.

Pas pour notre bifteck

«Nous ne nous battons pas pour notre revenu car on ne gagne pas sa vie avec le laboratoire», a expliqué M. Pavillon. La baisse représente une perte de 20 % du chiffre d'affaires du laboratoire. Le nouveau tarif édicté par Berne est en-dessous des prix pratiqués en France et en Italie. «Il est même inférieur au tarif indien».

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

L'inquiétude des assistantes médicales (vidéo: 20 minutes online).

Les médecins vaudois ont remis au président du Grand Conseil une pétition munie de plus de 40 000 signatures, réunies en trois semaines. «Les patients ont bien compris qu'on défendait la qualité des soins et pas le bifteck de notre profession», a dit M. Pavillon.

Systèmes de garde

Durant la journée de grève, la centrale d'appel des médecins de garde vaudois a été «bien occupée mais pas au-delà de ce qu'on peut observer un jour ferié habituel», a expliqué M. Repond.

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

Isabelle El-Assad, assistante-médicale à Leysin, dans un cabinet médical périphérique (vidéo: 20 minutes online).

La PMU, qui accueille les urgences ambulatoires du CHUV, a connu «une bonne affluence». «Pour l'instant, nous avons 10 à 15 % de consultations en plus. Comme un gros jour de semaine», a expliqué Philippe Staeger, responsable des urgences, en milieu d'après-midi.

En Suisse

Au-delà de la problématique des laboratoires, les médecins veulent ouvrir un vrai débat sur la santé en Suisse et l'avenir de leur profession. «Notre système de santé est malade de la gestion de la LAMAL. On s'enlise dans des réformes qui n'avancent pas ou on prend de mauvaises directions», a constaté M. Pavillon.

Cette journée de grève constitue un avant-goût d'une journée de mobilisation prévue le 1er avril dans toute la Suisse. Ce jour-là, des marches de protestation sont prévues dans les chef-lieux de la plupart des cantons.

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

Près de 1500 manifestants ont défilé dans les rues de Lausanne (vidéo: 20 minutes online).

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

«Pas contents» scandent les manifestants (vidéo: 20 minutes online).

Der TV-Player benötigt einen aktuellen Adobe Flash Player: Flash herunterladen

Médecins, assistantes médicales ou encore laborantins ont manifesté sur la Place de la Riponne à Lausanne (vidéo: 20 minutes online).

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Assistante médicale le 24.03.2009 15:52 Report dénoncer ce commentaire

    Ouvrez vos yeux

    Non mais vous rigolez ou quoi??? vous n'avez rien compris...les médecins ne se plaignent pas de leur salaire, ils se battent pour garder un précieux outil de travail qu'est le laboratoire...et nous, assistantes médicales,nous nous battons pour continuer d'avoir un métier!!!

  • jean-louis le 24.03.2009 12:55 Report dénoncer ce commentaire

    Médecins

    Vous les médecins vous êtes déjà grassement payés. Comparés à d'autres professions vous êtes loin d'être à plaindre ! D'ordinaire en Suisse il n y a jamais de grève on se la coince et accepte tout comme des moutons mais vous avec vos gros salaires vous n'hésitez pas à descendre dans la rue! HONTE

  • Lise le 24.03.2009 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    M. Pavillon

    Pas très clair tout ca : Nous ne nous battons pas pour notre revenu car on ne gagne pas sa vie avec l'activité de laboratoire. Nous ne voulons pas perdre un outil de travail», a expliqué Jean-Pierre Pavillon. ( Alors pourquoi il manifeste ) ?

Les derniers commentaires

  • Michel le 25.03.2009 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    @george lucas

    Je ne me plains du salaire de personne (même si je croyais qu'on ne devenait pas médecin pour l'argent), je me plains de ce que me coûte mon ass.-maladie (la moins chère). Alors s'ils ne manifestent pas pour faire baisser les coûts ils ne manifestent en tout cas pas pour moi.

  • AJS le 24.03.2009 20:42 Report dénoncer ce commentaire

    Couchepin responsable !

    Diminuer les coûts de la santé ?. Que nenni. Favoriser ses copains des assurances : rembourser moins et gagner plus, voilà tout. Mais il a sans doute réussi à titiller les "assistantes" souvent frontalières pour faire la grève !. Et nous on paie :-)

  • george lucas le 24.03.2009 19:45 Report dénoncer ce commentaire

    @michel

    Pourquoi vous plaindre de leurs salaires ? Allez faire 6 ans d'uni plus 4-5 ans pour la spécialisation, on verra si vous avez vouloir un petit salaire, De toute façon ce n'est pas cela le problème, soyez content qu'il manifeste pour vous !

  • Le_Vice le 24.03.2009 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    hors contexte

    les râleurs sont hors contexte! C'est pas une manif pour augmenter les salaires! Et arrêtez de nous rabacher avec le slogan "ils n'ont pas à se plaindre au vu de la crise actuelle"! Ca n'a rien à voir!

  • Flo2 le 24.03.2009 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    Entièrement solidaire avec eux!

    Il en va de notre confort à nous, patients!! Retourner quelques jours après chercher ses résultats d'analyses, NON MERCI. Pensons aux personnes âgées ou de mobilité réduite!